L’Ordre des vétérinaires salue l’action de l’OABA pour l’étiquetage des modes d’abattage - Le Point Vétérinaire.fr

L’Ordre des vétérinaires salue l’action de l’OABA pour l’étiquetage des modes d’abattage

Bénédicte Iturria | 02.07.2020 à 14:10:25 |
Carcasses en abattoir
© asikkk-Istock

L’Ordre national des vétérinaires salue la démarche de l’OEuvre d’assistance aux bêtes d’abattoir (OABA) en faveur « d’un étiquetage des viandes qui vise à informer les consommateurs des conditions d’abattage en indiquant clairement la pratique d’un étourdissement efficace de l’animal ou non » dans un communiqué de presse publié le 30 juin 2020

L’association de protection animale a lancé début juin une nouvelle grande campagne sur le thème : Abattage sans étourdissement et tromperie des consommateurs et a entamé une action devant le Conseil d’Etat « afin de mettre un terme à l’inaction des gouvernements successifs qui, depuis des années, refusent d’informer les consommateurs sur le mode d’abattage des viandes commercialisées ». 
L’Ordre a tenu à réaffirmer « son attachement constant et intangible à deux principes fondamentaux, qu’il porte inlassablement notamment au sein du Comité national d’éthique des abattoirs ainsi qu’auprès des parlementaires lorsqu’il est auditionné ».  Le premier principe selon lui est que « tout animal abattu doit être privé de conscience d’une manière efficace, préalablement à la saignée et jusqu’à la fin de celle-ci ». Cette prise de position s’est faite de façon officielle à l’occasion du colloque intitulé Vétérinaire, le professionnel garant du bien-être animal organisé par l’institution en novembre 2015. 
Le second principe concerne l’étiquetage : « compte tenu des dérogations actuelles, dont la possibilité est prévue dans le Droit européen, et qui sont accordées aujourd’hui dans le Droit français au nom du respect de la liberté de religion, l’Ordre des vétérinaires considère qu’une information claire, via l’étiquetage, est de même cruciale, au nom du respect du libre choix du consommateur, dans le domaine prégnant du bien-être animal, ainsi que de la liberté de conscience et de religion, mais sans aucune discrimination. Les modalités d’abattage, « avec ou sans étourdissement préalable », devraient pouvoir être étiquetées sur les viandes et produits carnés, en s’appuyant sur l’article 39 du règlement européen 1169/2011 prévoyant des mentions supplémentaires au nom de la protection du consommateur. » 

 

Bénédicte Iturria
1 commentaire
avatar
JPK le 02-07-2020 à 16:11:18
Félicitations à l'Ordre et surtout à l'OABA
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application