L’obligation d’information du vétérinaire

Céline Peccavy | 11.10.2018 à 09:38:38 |
Le marteau de la justice et un stétoscope
© AndreyPopov-istock

Devant la récurrence des procès contre les vétérinaires pour défaut d’information, le praticien doit absolument intégrer ce devoir dans sa pratique quotidienne.

Traditionnellement, lorsque l’on pensait responsabilité du vétérinaire, on avait en tête une faute commise lors d’un acte médical, le plus souvent chirurgical. Les temps ont bien changé et les plaignants ne se contentent plus de chercher ce type de faute. Pourquoi en effet s’engager sur le terrain d’une faute qu’il va falloir prouver quand on peut tout simplement actionner sur un fondement où il appartiendra au vétérinaire d’apporter une preuve suffisante pour ne pas être condamné?? Voilà qui ne serait pas très judicieux. Ici entre donc en scène l’obligation d’information. Sévère à l’égard du vétérinaire tout comme du médecin, elle revêt ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Céline Peccavy
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK