L'OABA engagée depuis plus de 60 ans contre la maltraitance animale - Le Point Vétérinaire.fr

L'OABA engagée depuis plus de 60 ans contre la maltraitance animale

Marine Neveux

| 07.06.2024 à 12:09:00 |
© Marine Neveux

Lors de son assemblée générale du 1er juin 2024 dans les locaux de l'Assemblée Nationale, l'Oeuvre d'Assistance aux Bêtes d'Abattoirs a mis l'accent sur les 60 ans de la parution du décret de 1964. 

« A l'époque, il n'existait pas de matériel adapté à l'abattage des veaux, porcs, chèvres qui étaient alors égorgés à vif » explique Frédéric Freund, directeur de l'OABA. Cela a été un des premiers combats de Jacqueline Gilardoni, fondatrice de l'OABA. Elle avait pris contact avec des associations de protection animale étrangères, dont l'Angleterre, qui à l'époque disposait de pistolets d'abattage. Elle a alors fait entrer ce dispositif en France, « avec l'objectif d'avoir un outil d'insensibilisation et une loi pour l'obligation de l'utiliser ». Une pétition dans ce sens avait recueilli en 1961 plus de 150 000 signatures grâce à la diffusion du vétérinaire Fernand Méry. Jacqueline Gilardoni a ainsi obtenu le décret le 16 avril 1964 dit "d'abattage humanitaire" imposant l'étourdissement des animaux. Dix ans plus tard, il était repris dans la réglementation européenne avec la directive du 18 novembre 1974. « Une belle victoire à l'époque » estime Manuel Mersch (A89), président de l'OABA, « mais nous attendons toujours des progrès aujourd'hui ». 

A lire le compte rendu de l'assemblée dans un prochain numéro de La Semaine Vétérinaire. 

Marine Neveux

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application