L’IAHP touche aussi le pigeon

Samuel Boucher et Karine Grange

| 02.08.2022 à 14:00:00 |
© Karine Grange - Samuel Boucher - Labovet Conseil

Lors la dernière épizootie, deux élevages de pigeons de chair ont été touchés, alors que ces volatiles sont considérés comme très peu sensibles au virus. L’atteinte massive environnementale a contribué à l’avènement de ces deux foyers.

Le pigeon (Columba livia) est considéré comme une espèce présentant une très faible sensibilité aux virus de l’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP). De nombreuses expériences de reproduction expérimentale de la maladie ont échoué, et quelques cas d'infection naturelle ont été décrits dans le passé (1, 2, 3). Sur le terrain, des cas ont notamment été rapportés en Égypte et, récemment, au Royaume-Uni, mais ils restent rares.Au printemps 2022, une importante épizootie d’IAHP, de sous-type viral H5N1 (clade 2.3.3.4.4.b HPAIV) a fait rage en France, décimant des millions d'oiseaux sauvages ou domestiques de plusieurs espèces.Au cours de cette épizootie particulièrement grave, deux ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.

Samuel Boucher et Karine Grange

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application