L’évaluation comportementale des chiens dangereux et mordeurs est décortiquée

20.05.2010 à 16:00:00 |
©

Le vétérinaire évaluateur ne doit affirmer que des faits dont il a, par lui-même, vérifié la véracité.

Evaluations comportementales, diagnoses, responsabilités du vétérinaire, notion de risque, etc., sont autant de notions souvent délicates à manier. Une complexité renforcée par les multiples incohérences des textes législatifs qui ont été bâtis en capilotade depuis plus de dix ans sur les chiens dits “dangereux”. « Dans tous les cas, le dernier mot revient au juge », a prévenu Christian Diaz, le 17 mai dernier, lors d’un enseignement postuniversitaire sur l’évaluation comportementale organisé à l’école d’Alfort. Notre confrère, président de l’Association francophone des vétérinaires praticiens de l’expertise (AFVE), et Christine Debove, du conseil régional de l’Ordre d’Ile-de-France, ont effectué un tour ...

Ce contenu est réservé aux membres du site Le Point Vétérinaire.fr
Vous avez déjà un compte ?


Vous n'avez pas de compte

Inscrivez-vous et profitez des services gratuits proposés sur Le Point Vétérinaire.fr


Vous êtes abonné(e) à la version papier des revues des Editions du Point Vétérinaire, du DMV ou de l’Annuaire ROY ?
Créez-vous un compte pour bénéficier de la version numérique et des services inclus dans votre abonnement.

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK