L’Europe commande des vaccins contre la grippe aviaire - Le Point Vétérinaire.fr

L’Europe commande des vaccins contre la grippe aviaire

Tanit Halfon

| 12.06.2024 à 13:27:00 |
© iStock-Kuzmik_A

L’Autorité de préparation et de réaction en cas d’urgence sanitaire de la Commission européenne a lancé une commande de plus de 600 000 doses de vaccins prépandémiques, afin de vacciner les personnes les plus exposées au virus d'influenza aviaire hautement pathogène. Une option a été aussi posée pour 40 millions de doses supplémentaires. La France fait partie des commanditaires.

Dans le contexte connu de circulation mondiale des virus influenza aviaire hautement pathogène (IAHP), certains pays de l'Europe ont pris les devants pour contrer le risque pandémique. L’Autorité de préparation et de réaction en cas d’urgence sanitaire (HERA) de la Commission vient, en effet, d’annoncer avoir passer un contrat avec la société  Seqirus UK Ltd pour des vaccins prépandémiques.

Une première commande pour la vaccination des travailleurs exposés

Ce n'est pas la première fois qu'un contrat est passé par une institution européenne pour sécuriser les approvisionnements en vaccin prépandémique. En 2019, c'était la Commission européenne qui avait passé un contrat, au nom donc de l'ensemble des Etats-membres, avec la société Seqirus pour son vaccin contre la grippe pandémique, Foclivia. En 2022, un autre contrat avec été passé entre la Commission européenne et cette fois-ci la société GSK, pour son vaccin Adjupanrix. Avec ces achats conjoints, l'objectif était d'avoir la garantie « que les entreprises fourniront des vaccins pandémiques adaptés aux États membres participants lorsqu'une pandémie sera déclarée par l'OMS ».

Le contrat cadre d'achat conjoint de l'HERA d'aujourd'hui est différent. D'une part, tous les Etats-membres n'y participent pas, chacun décidant s'il souhaite ou pas, profiter de ce type de marché commun suivant ses besoins et le contexte local. Le contrat de l'HERA a ainsi été passé au nom de 15 Etats de l'UE et de l'EEE, à savoir : Danemark, Lettonie, France, Chypre, Lituanie, Malte, Pays-Bas, Autriche, Portugal, Slovénie, Finlande, Grèce, Irlande, Islande et Norvège. D'autre part, il est annoncé que ce contrat comprend une première commande de 665 000 doses d’un vaccin prépandémique du virus de la grippe aviaire, à destination des personnes les plus exposées aux virus, comme les professionnels de l’élevage avicole ou encore les vétérinaires. 

Une option supplémentaire de 40 millions de doses

A ce stade, il est seulement annoncé que les expéditions vers la Finlande sont en cours de préparation « pour la vaccination immédiate des travailleurs exposés », et que des expéditions vers d’autres pays participants suivront. La France n'a pas encore communiqué sur le sujet.

Enfin, ce contrat d'achat comprend aussi une option pour 40 millions de doses supplémentaires, pour une durée maximale de 4 ans. Ceci dit, on se veut rassurant. « Jusqu'à présent, le risque pour la population générale est estimé comme faible, a ainsi indiqué Stefan de Keersmaecker, porte-parole de la Commission européenne à la Santé. Néanmoins, l'HERA et l'Union européenne de la santé aident à être prêt. »

Le prix associé à ce contrat n'a pas été divulgué, l'information est présentée comme confidentielle.

Pour rappel, l’HERA avait été créée en 2021 dans le contexte de la pandémie de Covid-19. Sa mission est de « prévenir et de détecter les urgences sanitaires et d’y faire face rapidement ». Dans ce cadre, cette nouvelle direction générale de la Commission doit s’assurer de « la mise au point, la production et la distribution de médicaments, de vaccins et d’autres contre-mesures médicales tels que des gants et des masques ».

Un vaccin comprenant une souche H5 du clade circulant

Le vaccin commandé est le « Zoonotic Influenza Vaccine Seqirus ». Ce vaccin, monovalent inactivé, avait été à la base développé dans les années 2000 avec une souche H5N1 de clade 2.2.1. Mais le principe était qu'il puisse être actualisé au gré des besoins : aujourd'hui, il contient maintenant des antigènes de surface d’hémagglutinine et de neuraminidase du virus A/H5N8 - A/Astrakhan/3212/2020 (CBER-RG8A) clade 2.3.4.4b. De fait, l’indication a été modifiée et est désormais l’immunisation active des adultes de 18 ans et plus contre les sous-types H5.

Toutefois, le sous-type majoritaire actuellement en circulation en Europe et outre-Atlantique est le H5N1 de clade 2.3.4.4b.  Le vaccin, en accord avec les Agences de santé, a été soumis à une procédure accélérée d'autorisation pour une production et une disponibilité plus rapide étant donné le contexte de circulation virale. Dans ce cadre, à ce stade, le fabricant n'a pas encore généré de données cliniques complètes, si ce n'est des résultats de tests chez des furets qui ont montré que ce vaccin induisait une réponse immunitaire « pertinente et durable » contre des souches hétérologues H5N1 de même clade. Selon le fabricant, «  en l'absence de données cliniques, les résultats de l'étude sur les furets sont considérés comme pertinents pour la définition de l'efficacité clinique de la souche zoonotique et appuient le libellé de l'indication proposé. » Les données sont limitées sur l'immunogénicité croisée contre les différents clades circulants de H5N1 circulant autres que 2.3.4.4b. Davantage de données seront fournies en post-approbation notamment via « la surveillance passive renforcée de la sécurité (EPSS) lorsqu'au moins un État membre met en œuvre la vaccination pour un nombre suffisant de personnes ». 

Les Etats-Unis sécurisent des approvisionnements

L’Europe n’est pas la seule à sécuriser ses approvisionnements, au cas où la situation évoluerait. Outre-Atlantique, aux Etats-Unis, un accord a aussi été passé avec la société Seqirus par les autorités sanitaires, a-t-on appris par voie de communiqué de presse de l’entreprise. « Selon les termes de l'accord, CSL Seqirus fournira environ 4,8 millions de doses de vaccin prépandémique bien adapté à la souche H5 de la grippe aviaire actuellement en circulation », est-il précisé. Selon ce même communiqué, si besoin, la site de production de CLS Seqirus à Holly Springs en Caroline du Nord, serait en capacité de fournir « jusqu'à 150 millions de doses de vaccin antigrippal pour soutenir une réponse à une pandémie de grippe dans les six mois suivant une déclaration de pandémie. Par la suite, une deuxième vague de fabrication pourrait être mise en place pour fournir d'autres vaccins pandémiques en fonction des besoins. »

A noter que Seqirus mène des essais aux Etats-Unis avec des vaccins visant d'autres clades et aussi sous-types. En effet, en Asie par exemple, les virus ayant été associés à des infections humaines, bien que de la même lignée que les virus circulants en Europe et outre-Atlantique (lignée A/goose/Guangdong/1/1996), ne sont pas du même clade : clade 2.3.2.1c au Laos et au Cambodge, 2.3.2.1a en Inde ou encore 2.3.4.4h en Chine.

Tanit Halfon

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application