L’édition du génome, un atout pour l’élevage ?

Tanit Halfon | 06.12.2018 à 14:57:00 |
Une vache dans un pré au levée du soleil
© AdventurePicture – istock

La connaissance plus fine du génome des animaux de rente a révolutionné les schémas de sélection en permettant de s’affranchir du long processus de sélection naturelle. Récemment, un nouveau pas a été franchi avec la découverte du système Crispr-Cas9. Ce nouvel outil révolutionnera-t-il la sélection des animaux de rente ?

Le 21 février 2001, les scientifiques annonçaient avoir séquencé 95 % du génome de l’être humain. Suivi quelques années plus tard de ceux de la poule, du chien, du bovin, du cheval, du porc, de la chèvre et du mouton. Des avancées majeures pour la recherche. Mais pas seulement. Dans le secteur des productions animales, ces connaissances ont permis de révolutionner la sélection des animaux d’élevage, avec le développement de la sélection génomique. Le principe : mettre en correspondance le génotype d’un individu, caractérisé par ses marqueurs SNP (pour single nucleotide polymorphism), avec son phénotype. Ainsi, au génotype d’un animal ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Tanit Halfon
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK