L’Anses actualise son évaluation des risques sur le botulisme en filière avicole

Tanit Halfon

| 23.03.2022 à 18:16:00 |
© iStock-wikoski

Les mesures classiques de biosécurité et d’hygiène le long de la chaîne alimentaire, ainsi que les process de transformation et de traitement des produits avicoles, permettent de maîtriser correctement le risque de contamination humaine. Ce risque est néanmoins limité à partir des produits avicoles, et aucune cas de botulisme n’a été rapporté en élevage ou en abattoir.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire des aliments (Anses) vient de publier un rapport d’expertise sur l’évaluation des mesures de maîtrise en filière avicole lors de la détection de cas de botulisme, suite à une saisine de la Direction générale de l’alimentation. L’objectif était de mettre à jour les connaissances et évaluation des risques pour appuyer les mesures de gestion de risque.Comme l’expliquent les auteurs du rapport, les cas de botulisme humain sont peut fréquents (incidence 7,5 foyers/an et 14,5 cas/an en moyenne entre 2008 et 2018), et surtout « les produits avicoles ont rarement été identifiés comme source de botulisme humain ». ...

Ce contenu est réservé aux membres du site Le Point Vétérinaire.fr
Vous avez déjà un compte ?


Vous n'avez pas de compte

Inscrivez-vous et profitez des services gratuits proposés sur Le Point Vétérinaire.fr


Vous êtes abonné(e) à la version papier des revues des Editions du Point Vétérinaire, du DMV ou de l’Annuaire ROY ?
Créez-vous un compte pour bénéficier de la version numérique et des services inclus dans votre abonnement.

Tanit Halfon

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application