L’Académie vétérinaire rappelle quelques points clés sur l’influenza aviaire

Tanit Halfon | 19.01.2021 à 16:42:25 |
canards
© iStock-DamianKuzdak

Non, il est inexact de parler de grippe aviaire pour l’épizootie à H5N8 actuellement en cours, rappelle l’Académie vétérinaire dans son dernier communiqué.

Le terme de « grippe aviaire » avait été utilisé en 1997, lorsque des cas de contamination humaine au virus aviaire H5N1 avaient été enregistrés à Hong Kong (virus H5N1 panzootique). A cette époque, l’influenza aviaire n’était pas classée dans les zoonoses. Quelques années plus tard, en 2003, des cas de conjonctivites liés au virus H7N7 avaient été détectés chez des éleveurs aux Pays-Bas. Actuellement, l’épizootie en cours ne présentant pas de risque pour l’humain, l’expression « peste aviaire », ou « influenza aviaire hautement pathogène », est donc à employer. L’Académie rappelle aussi que jusqu’à ce jour, en France, «  il n’a jamais observé de symptômes ni de une mortalité humaine déclenchés par les virus de la peste aviaire ». De plus, elle rappelle aussi que le virus IAHP H5N1 panzootique n’a jamais été associé à des contaminations interhumaines.

Outre cette précision, l’Académie revient sur quelques points clés des virus influenza, notamment que « seuls les virus influenza des sous-types H5 et H7 peuvent présenter des souches d’influenza aviaires hautement pathogènes (IAHP) par opposition aux virus influenza aviaire faiblement pathogènes (IAFP). »

Tanit Halfon
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK