Journée mondiale contre l’abandon: une webconférence sur la prévention des troubles du comportement

Valentine Chamard | 25.06.2020 à 10:55:16 |
Journée mondiale contre l’abandon
© DR

Les troubles comportementaux sont la première cause d’abandon en France.

Le 27 juin aura lieu la seconde édition de la Journée mondiale contre l’abandon, initiée par l’association Solidarité Animal. A cette occasion, l’association Agir pour la Vie Animale (AVA) se lie à Solidarité Animal pour un événement commun : une webconférence sur la prévention contre les comportements dits « gênants ». « En effet, les problèmes de comportement sont la première cause d’abandon des animaux de compagnie. Chaque année, agressivité, malpropreté et autres comportements problématiques conduisent des milliers de propriétaires à se séparer de leur animal. Sensibiliser au bien-être animal, et à une vie harmonieuse avec son chien, son chat ou tout ...

Ce contenu est réservé aux membres du site Le Point Vétérinaire.fr
Vous avez déjà un compte ?


Vous n'avez pas de compte

Inscrivez-vous et profitez des services gratuits proposés sur Le Point Vétérinaire.fr


Vous êtes abonné(e) à la version papier des revues des Editions du Point Vétérinaire, du DMV ou de l’Annuaire ROY ?
Créez-vous un compte pour bénéficier de la version numérique et des services inclus dans votre abonnement.

Valentine Chamard
1 commentaire
avatar
manulab le 26-06-2020 à 09:42:07
"Sensibiliser au bien-être animal, et à une vie harmonieuse avec son chien, son chat ou tout autre animal de compagnie," oui c'est une bonne voie, avec deux conclusion possible pour le propriétaire, je peux améliorer la situation, ou je ne peux pas (pas ou plus assez de temps disponible, ou pas ou plus assez d'espace, ou pas ou plus assez de moyens financiers - momentanément ou durablement).
Si sa situation ne permet pas au détenteur d'améliorer la situation, il lui reste trois voies, la dépression/dégradation de sa vie et de sa famille, l'abandon (au mieux, directement auprès d'un refuge s'il ne craint pas de se faire vilipender), ou la demande d'euthanasie mais c'est devenu très compliqué).
La solution globale ne passerait-elle pas par une diminution drastique du nombre d'animaux de compagnies ? Et donc se heurter aux intérêts financiers et autres qui tournent autour ?
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK