Impact du glyphosate sur les truites

Céline Gaillard-Lardy | 20.05.2021 à 09:51:00 |
© @iStock-Max2611

La succession d'un stress chimique et infectieux modifie l'activité d'enzymes impliquées dans le métbolisme énergétique chez la truite arc-en-ciel.

L'Anses a montré que l'exposition des truites à une concentration élevée de glyphosate ne diminue pas la résistance aux infections virales, mais la succession de ces deux événements modifie l'activité de certaines enzymes du métabolisme énergétique. Les équipes de Ploufragan-Plouvané-Niort ont testé l'exposition chronique des truites âgées de 5 mois à de faibles doses de glyphosate (500 µg/litre d'eau, soit une concentration 75 fois plus faible que la dose létale médiane) pendant 4 jours, sans changement physiologique majeur. Ils ont ensuite testé la capacité des truites à résister à une infection virale : les groupes exposés et non exposés au glyphosate ont présenté des taux de mortalité similaires En revanche, la combinaison de ces deux stress a entrainé des effets notables sur l'activité de certaines enzymes, notamment de l'enzyme G6PDH, responsable de la réparation des dommages oxydatifs, et de l'acétylcholinestérase. 

Ces résultats confirment l’importance de la prise en compte des facteurs environnementaux, comme les agents infectieux, dans l’évaluation des effets des produits chimiques sur les animaux.

Céline Gaillard-Lardy
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK