IAHP : une soixantaine d’élevages touchés en France - Le Point Vétérinaire.fr

IAHP : une soixantaine d’élevages touchés en France

Tanit Halfon | 05.01.2021 à 10:00:48 |
oies
© iStock-garethkirklandphotogrphy

Au 1er janvier, 61 élevages se sont révélés positifs au virus d’IAHP. Le département des Landes est le plus touché avec 48 foyers domestiques.

Le nombre de foyers d’influenza aviaire hautement pathogène à H5N8 continue d’augmenter en France. Au 1er janvier, ce sont 61 foyers domestiques qui ont été confirmés positifs au virus, dont 48 pour le département des Landes. Au 13 décembre 2020, seuls 5 élevages professionnels étaient répertoriés, à raison de 3 élevages dans les Landes, 1 élevage dans les Deux-Sèvres  et 1 élevage en Vendée. A ces foyers s’ajoutaient les premiers cas détectés dans la partie animalerie d’enseignes de jardinage dans les départements des Yvelines et de Corse.

Pour rappel, lors de la dernière épizootie d’IAHP 2016-2017, ce sont environ 500 élevages français qui avaient été touchés. De plus, à l’échelle européenne, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) souligne que l’épizootie d’IAHP A(H5N8) de 2016-2017« fut la plus grave enregistrée dans l’Union européenne en termes de nombre de foyers épidémiques chez les volailles, en termes d'étendue géographique et de nombre de morts chez les oiseaux sauvages ».

Des abattages préventifs

La hausse du nombre de foyers domestiques, notamment dans les Landes caractérisés par une très forte densité d’élevages de palmipèdes en plein air, a amené les autorités sanitaires à envisager des abattages préventifs d’animaux d’élevages indemnes, afin de réduire le risque de transmission de la maladie. En pratique, chaque préfet a désormais l’autorisation, par arrêté, d’ordonner des abattages préventifs. Les communes concernées par ces mesures sont régulièrement mises à jour. Dernier arrêté en date : celui du 31 décembre 2020  (publié au Journal officiel le 3 janvier 2021), dans lequel sont listées une majorité de communes situées dans les Landes mais aussi plusieurs communes des Pyrénées-Atlantiques. Ces abattages ne sont pas systématiques dans les communes listées dans les arrêtés, mais ils sont ciblés : ils ne peuvent concerner que les espèces sensibles sur un rayon de 1 km autour du foyer ; et tous les palmipèdes et autres espèces de volailles non confinés sur un rayon de 3 km autour du foyer. Ceci dit, ce ciblage pourrait être amené à évoluer suivant les éléments qui vont être prochainement fournis dans un nouvel avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses).

Une dynamique européenne

A ce jour, 15 pays d’Europe du nord et de l’ouest sont touchés : outre la France, on compte l’Allemagne, la Belgique, la Croatie, le Danemark, l’Espagne, l’Irlande, l’Italie, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Royaume-Uni, la Slovénie, la Suède et l’Ukraine. Du 20 octobre au 27 décembre, 83 foyers domestiques avaient été répertoriés, ainsi que 737 dans la faune sauvage, et 15 foyers dans la faune captive. H5N8 est le sous-type majoritairement retrouvé, mais un nouveau sous-type, le H5N3, a été retrouvé en Allemagne, et concerne 5 cas du compartiment sauvage.

A ce jour, comme il est indiqué sur la plateforme ESA, toutes les analyses génétiques « ont montré l’absence de mutations connues comme étant associées avec une adaptation du virus aux mammifères et avec une augmentation du potentiel zoonotique du virus. L’analyse du génome complet du virus H5N8 identifié dans le premier foyer en France, réalisée par le LNR Anses Ploufragan, conduit aux mêmes conclusions ».

Tanit Halfon
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application