IAHP : la Finlande va débuter la vaccination des travailleurs exposés - Le Point Vétérinaire.fr

IAHP : la Finlande va débuter la vaccination des travailleurs exposés

Tanit Halfon

| 03.07.2024 à 12:04:00 |
© iStock-FGTrade

La vaccination vise les personnes plus de 18 ans étant en contact avec des volailles ou des animaux à fourrure, tout comme le personnel de laboratoire. Aucune obligation vaccinale n’est annoncée.

Les autorités finlandaises ont annoncé le démarrage d’une campagne de vaccination contre l’ influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) pour les personnes les plus exposées au virus. Pour rappel, la Finlande fait partie des pays commanditaires du vaccin prépandémique de Seqirus UK Ltd, dans le cadre du contrat d’achat conjoint fait par l’HERA (Autorité européenne de préparation et de réaction en cas d’urgence sanitaire). Dans ce contrat, passé par 15 Etat de l’UE et de l’EEE dont la Finlande, mais aussi la France, il était prévu une première commande de 665 000 doses de vaccins à destination des personnes à risque, ainsi qu’une option de 40 millions de doses supplémentaires, pour la population générale, au cas où. A ce stade, seule la Finlande a officialisé le lancement de la vaccination des personnes à risque.

Pour rappel, le vaccin Seqirus est le « Zoonotic Influenza Vaccine Seqirus ». Ce vaccin, monovalent inactivé, avait été à la base développé dans les années 2000 avec une souche H5N1 de clade 2.2.1. Mais le principe était qu'il puisse être actualisé au gré des besoins : aujourd'hui, il contient maintenant des antigènes de surface d’hémagglutinine et de neuraminidase du virus A/H5N8 - A/Astrakhan/3212/2020 (CBER-RG8A) clade 2.3.4.4b. De fait, l’indication a été modifiée et est désormais l’immunisation active des adultes de 18 ans et plus contre les sous-types H5.

Plusieurs groupes à risque

Plusieurs groupes de personnes de plus de 18 ans sont visées par la vaccination, qui n’est pas annoncée comme obligatoire :

- les personnes en contact avec des animaux à fourrure dans les élevages d'animaux à fourrure

- les travailleurs du secteur de la volaille qui sont en contact avec des volailles, à l'exclusion des travailleurs des abattoirs

- les personnes participant à la manipulation et à l'élimination d'oiseaux ou d'autres animaux malades ou morts, telles que les personnes travaillant dans des installations traitant des sous-produits animaux

- les bagueurs d'oiseaux

- les personnes qui s'occupent des oiseaux dans les établissements de soins pour animaux

- les personnes travaillant avec des oiseaux dans des élevages d'oiseaux ou de bétail

- les vétérinaires officiels

- le personnel de laboratoire qui manipule le virus de la grippe aviaire ou des échantillons susceptibles de contenir le virus

- les personnes ayant été en contact étroit avec un cas suspect ou confirmé de grippe aviaire, si des cas surviennent chez l'homme.

Deux doses par personne avant la saison grippale

20 000 doses de vaccins sont disponibles pour cette campagne, ce qui permettrait de vacciner 10 000 personnes avec deux doses. La vaccination devrait commencer « le plus tôt possible afin d’avoir suffisamment de temps pour offrir la série de deux doses de vaccins avant le début de la saison grippale d’automne ».

Deux objectifs de vaccination sont visés : d’abord protéger les personnes à risque d’une infection de grippe aviaire. Mais aussi (et surtout) de réduire le risque de réassortiment avec le virus de la grippe saisonnière à l’hiver prochain. En effet, en cas de double contamination chez un hôte par deux virus influenza, peut se produire un réassortiment entre ces 2 virus, pouvant favoriser l’émergence d’un nouveau virus pathogène et facilement transmissible entre humains.

Jusqu’à présent, aucun cas de contamination humaine à H5N1 n’a jamais été signalé en Finlande.

En France, à ce jour, aucune communication officielle n’a encore été faite sur le sujet.

Tanit Halfon

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application