Gérer la douleur de la castration des porcelets : le point sur la recherche en cours

Tanit Halfon | 10.08.2021 à 10:00:00 |
© iStock-mamarama

Un récent colloque organisé par l’Institut supérieur des productions animales et industries agroalimentaires a mis en avant les modalités possibles de gestion de la douleur lors de la castration des porcelets. Et les solutions techniques ne coulent pas de source.

L’approche de la date d’interdiction de la castration à vif des porcelets – 1er janvier 2022 – pose la question des solutions possibles. Dans ce contexte, une journée de conférences a été consacrée à la gestion des pratiques douloureuses chez les porcs le 17 juin dernier (journée technique « les 3R » en pratique organisée par l’Institut supérieur des productions animales et industries agroalimentaires - ISPAIA). A cette occasion, Valérie Courboulay, ingénieure d’étude à l’Ifip-institut du porc, a présenté le bilan de 10 années d’études menées à l’Ifip, en collaboration avec l’Inrae. Ces études ont évalué différents protocoles de gestion de la ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Tanit Halfon
2 commentaires
avatar
michele le 10-08-2021 à 20:39:12
il serait temps que l 'utilisation de l' animal comme nourriture par l 'homme ne soit pas systematiquement synonyme de souffrance . Au 21 eme siecle , avec tous les moyens dont nous disposons , meme si cela engendre forcement un cout !, Il parait que nous sommes civilisés , pafois (voir souvent ) dans mon metier , j 'ai des doutes
avatar
roro1948 le 10-08-2021 à 21:27:29
Si ma mémoire n'est pas défaillante, c'était il y a plus de 50 ans lors de castration de porcelet, voire de porcelet qualifié de "coureur" soit un poids de 20 kg et plus on injecter un mélange de deux médicaments vétérinaires dont j'ai oublié les noms.
J'espère que mes confrères ont une meilleure mémoire que moi.

Robert Tellier
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application