Garantir la santé en aquaculture pour assurer une suffisance alimentaire mondiale

Clothilde Barde | 01.04.2019 à 10:22:22 |
ferme piscicole
© seraficus - iStock

Du 2 au 4 avril prochains, l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) organisera au Chili une conférence mondiale portant sur la santé des animaux d’aquaculture.

L’importance des programmes de santé des animaux aquatiques et de la collaboration entre les vétérinaires et les professionnels de la santé des animaux aquatiques pour l’amélioration de la productivité, de la sécurité et de la durabilité de l’aquaculture sera rappelée lors de la quatrième conférence mondiale de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) sur la santé des animaux aquatiques organisée au Chili du 2 au 4 avril prochain.
Un secteur crucial pour l’apport alimentaire mondial
En effet, dans un contexte d’accroissement de la population mondiale, l’aquaculture (50% de la consommation mondiale d’animaux aquatiques) est actuellement le secteur de production d’animaux destinés à l’alimentation qui connait la croissance la plus rapide à travers le monde. Et ce n’est qu’un début car, selon l’OIE, des projections indiquent que pour satisfaire la demande mondiale croissante, la production devra doubler d’ici 2030. Toutefois, avec l’importance de la mondialisation du commerce d’animaux aquatiques vivants et de leurs produits (10% du total des exportations agricoles mondiales), la menace d’épidémies est forte.
Quatre thèmes principaux
C’est pourquoi, pour assurer la durabilité de ce secteur en pleine expansion ainsi que la production de protéines animales de haute qualité, l’OIE a convié les pays ayant des industries aquacoles développées ou en développement à participer à un colloque à ce sujet. Ce dernier sera l’occasion pour l’organisation d’insister sur l’importance de renforcer la gouvernance des services vétérinaires et des services de santé des animaux aquatiques afin que des politiques et des programmes efficaces de santé des animaux aquatiques conformes aux normes de l’OIE soient mis en œuvre pour prévenir ou contrôler ces épidémies. Les quatre grands thèmes évoqués porteront sur la gestion transfrontalière et les maladies émergentes qui apparaissent régulièrement en aquaculture (étiologie, voies de propagation, répercussions et réponses), sur la biosécurité, sur les nouvelles approches et les nouveaux outils de prévention et de contrôle des maladies (réduction de l’utilisation d’agents antimicrobiens, outils de surveillance, de diagnostic et de communication) et enfin sur la dernière mise à jour du Code sanitaire pour les animaux aquatiques et du Manuel de tests de diagnostic aquatiques de l’OIE.

Clothilde Barde
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK