Factures fictives ou de complaisance : l’amende de 50 % conforme à la constitution

Jacques Nadel

| 18.11.2021 à 17:07:00 |
© BernardaSv/iStockphoto

Les factures de complaisance peuvent coûter cher. Interrogé le 21 juillet 2021 par le Conseil d’Etat sur les principes de proportionnalité et de nécessité des peines, le Conseil Constitutionnel vient de juger que l’article 1737-I-1 du CGI relatif à l’amende pour factures de complaisance est conforme à la Constitution.

Cet article sanctionne les personnes ayant travesti ou dissimulé l’identité ou l’adresse de leurs fournisseurs ou de leurs clients, ou certains éléments d’identification obligatoires, ou ayant sciemment accepté l’utilisation d’une identité fictive ou d’un prête-nom. Elles encourent une amende égale à 50 % du montant des sommes versées ou reçues.Pour les sages, les dispositions qui ont été contestées ne méconnaissent ni le principe de proportionnalité des peines ni le principe de nécessité des délits et des peines. Elles poursuivent l’objectif de valeur constitutionnelle de lutte contre la fraude fiscale. En outre, l’assiette de la sanction est en lien avec la nature de l’infraction et le taux de 50 % ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.

Jacques Nadel

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application