Evaluer l'exposition sanitaire liée à la présence de rongeurs en milieu équin - Le Point Vétérinaire.fr

Evaluer l'exposition sanitaire liée à la présence de rongeurs en milieu équin

14.04.2023 à 18:18:00 |
© Valeriy Volkonskiy/iStockphoto

En lançant le "Focus P.C.R. (Personnel, Chevaux, Rongeurs)", notre confrère Eric Cevoz-Goyat (Biosecur'Equi) et la société IZIPest souhaitent dresser un état des lieux des risques d’exposition sanitaire pour les chevaux et le personnel des structures équines en lien avec la présence de rongeurs.

L’infestation par les rongeurs est une problèmatique de santé publique mais aussi de santé animale. Les rongeurs peuvent être porteurs d'agents pathogènes visant tant l’humain que les animaux (leptospirose...). La présence de rongeurs dans l’environnement des chevaux est fréquente. Certains de ces germes sont des pathogènes fréquemment impliqués dans les maladies du cheval et ont un potentiel zoonotique.

L'objectif de l'enquête est donc de connaître la situation dans les structures équines, pour mieux comprendre et analyser le risque d’exposition, de permettre dans un second temps l’évaluation du risque de contamination afin de fournir des éléments concrets pour agir et prévenir.

Cette étude est promue par Biosecur’Equi, service spécialisé dans l’accompagnement biosécurité des professionnels du cheval, en partenariat avec la société IZIPest, spécialiste du contrôle des nuisibles. S’inscrivant dans une approche One Health, elle fédère des compétences complémentaires comme le reflète la composition de son Comité Scientifique : Drs Vétérinaires Céline Mespoulhès et Estelle Manguin (EnvA) ; Prof. Jean-Luc Cadoré (VetAgro Sup) ; Dr Romain Lasseur (toxicologue, membre du Conseil Scientifique du Conseil Européen des Professionnels du Pest Control), Dr Vét.Eric Cevoz-Goyat (spécialiste biosécurité).

L’étude s’appuie sur un test génétique basé sur une méthode PCR quantitative pour analyser les excréments des rongeurs. L’analyse comporte le screening d’un panel de 8 pathogènes : Salmonella spp, Clostridium difficile, Clostridium perfringens, Leptospira interrogans, Campylobacter coli, Campylobacter jejuni, Pseudomonas æruginosa, Listeria monocytogenes. En outre, la technique PCR quantitative permet de confirmer l’espèce de rongeur en cause et d’identifier les neuf mutations responsables de résistance aux antivitamine K.

Focus sur les écuries de course et les hippodromes
Cette étude se concentre sur les structures d’entrainement de trot et de galop et les hippodromes où une infestation par les rongeurs est avérée. Le traitement général des données collectées se fera de façon anonyme. Cependant, chaque site participant pourra recevoir gracieusement un rapport complet des analyses menées avec conclusions et recommandations.
Les vétérinaires ont un rôle important de conseil dans le domaine de la prévention et de la protection sanitaires. Les vétérinaires équins sont donc invités à se joindre à l’étude en proposant à leurs clients de participer.
Contact pour le détail de l'étude : Eric Cevoz-Goyat , contact@biosecurequi.com

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application