Ecoles vétérinaires : le recrutement post-bac est officialisé !

20.12.2019 à 19:29:45 |
enseinement
© dr

Dès la rentrée scolaire 2021-2022, 160 étudiants sélectionnés suivront une année de cycle préparatoire intégrée dans les écoles vétérinaires.

En 2021, les élèves de classe terminale (aujourd'hui en première) qui souhaitent devenir vétérinaire pourront également s’inscrire via Parcoursup dans les écoles nationales vétérinaires (ENV). 160 places seront disponibles selon des modalités d’inscriptions pré-définies (dossier scolaire et entretiens). Ces 160 étudiants suivront une année de cycle préparatoire intégré d’un an dispensé dans les écoles vétérinaires, ce qui permettra de rapprocher la durée de formation des vétérinaires de la moyenne européenne. 480 étudiants continueront à être recrutés dans les ENV par le concours A (post classe préparatoire), concours B (après 120 ECTS acquis dans un diplôme de licence) et le concours C (après ...

Ce contenu est réservé aux membres du site Le Point Vétérinaire.fr
Vous avez déjà un compte ?


Vous n'avez pas de compte

Inscrivez-vous et profitez des services gratuits proposés sur Le Point Vétérinaire.fr


Vous êtes abonné(e) à la version papier des revues des Editions du Point Vétérinaire, du DMV ou de l’Annuaire ROY ?
Créez-vous un compte pour bénéficier de la version numérique et des services inclus dans votre abonnement.

14 commentaires
avatar
le 20-12-2019 à 19:48:17
Bravo une très bonne chose ce qui permettra peut-être une formation plus adaptée
avatar
caducée le 20-12-2019 à 20:32:26
Et pour les 480 qui vont de faire chier en prépa et à passer le concours vous trouverez ça normal ?
avatar
vetoto le 21-12-2019 à 09:11:04
Qui peut affirmer aujourd'hui que ces élèves auront un goût plus marqué pour la pratique rurale? illusoire...
avatar
KS546983 le 21-12-2019 à 10:06:13
Injustice et inégalité totales entre le parcours "classique" et le parcours "favorisé". Des jeunes qui seront peut-être totalement motivés par la rurale, mais d'autres qui affirmeront l'être lors des entretiens et qui auront un parcours tout à fait différent après la sortie de l'école ou quelques années après... Nous reparlerons de tout cela dans une décennie... Je serai encore là pour voir le résultat.
avatar
Clapierre le 21-12-2019 à 10:31:04
Comment introduire l'aléatoire dans un système démocratique et républicain. Après le tirage au sort en médecine abandonné depuis sous le rouge de la honte (qu'une décision d'un gouvernement socialiste favorise un enfant de bourgeois flemmard sur le dos d'un pauvre méritant, j'en rigole encore!), je ne crois pas un instant au prétexte du raccourcissement des études. Pourquoi uniquement 160 et pas 640. Une fois de plus, les politiques s'arrogent le droit de s'asseoir sur le modèle républicain et l'égalité des épreuves. Je vois déjà les abus du piston local et de la fameuse discrimination positive. Dommage que les responsables de ces décisions n'assument jamais leurs erreurs. Seulement l'indignité.
A vomir...
avatar
Michel2630 le 21-12-2019 à 16:45:59
Aujourd'hui les difficultés de recrutement n'affectent pas que les cabinets ruraux ou mixtes mais aussi les cabinets et cliniques canines généralistes. Il n'y a plus que les grosses structures canines spécialisées qui trouvent grâce aux yeux de nos jeunes consoeurs et confrères ; ce recrutement n'y changera rien.
De plus, va-t-on recruter 75% de jeunes filles, ce qui est la réalité des classes prépas et des écoles aujourd'hui et ce qui serait donc souhaitable ou bien Parcoursup va-t-il devenir subitement maschiste ?

avatar
bibi le 24-12-2019 à 03:43:31
sur quels critères seront choisis les 160 chanceux qui échapperont à la prépa? sur les résultats scolaires? surfeur motivation pour la rurale? en tout cas , dommage pour les autres qui continueront à faire une prépa ....très injuste!
avatar
FW dubitatif le 24-12-2019 à 09:44:37
Dommage surtout pour les 160 concernés qui n'auront pas la chance de la prépa. Certes, ça demande un peu d'abnégation, du travail, et il y a l'aléa du concours.
Cependant, les CPGE sont très formatrices sur le plan intellectuel, et apportent des connaissances fondamentales qui ne s'acquièrent presque nulle part ailleurs.
Imagiez-vous des bacheliers, dont le niveau est de plus en plus lamentable chaque année, entrer dans une ENV, suivre des études compliquées qui demandent un ENORME apprentissage de connaissances ainsi que la méthode nécessaire à leur compréhension ?
Je vois surtout là-dedans un moyen de dévaloriser notre formation, notre diplôme en nous faisant passer du stade de "Grande Ecole recrutant sur Prépa" à "Enseignement post-Universitaire", comparable aux universités et autres BTS.
Non, qu'on le veuille ou non, les compétences nécessaires à un vétérinaire ne sont pas du niveau du "post-bac" mais bien du "post-CPGE" !
avatar
tib le 24-12-2019 à 11:07:58
et tous ses veto sortis de Belgique qui ne passent pas de concours??? ils ne sont pas mieux.... mdr / le concours n'est pas une fin en soi, ce n'est pas l 'école de la vie...
.Ok, il faudrait que cela concerne les 640 étudiants, que la sélection se fasse chaque année (même en 5 eme année comme en Belgique, et oui, si t'as plus le niveau en 5eme année tu ne restes pas, pas si simple en fait...)
pour la rurale, ce sont les écoles qui ne font pas le boulot, sorti de Liege il y a 10ans, je continue à faire de la mixte, parce que j'aime cela, et le gout de cette pratique est venue de mes prof et assistants ainsi qu'un état d'esprit général où la rurale n'était pas dévalorisée face à la canine.
avatar
Marc Gogny, Vétérinaire le 24-12-2019 à 11:08:24
Aujourd'hui et depuis quelques années, un confrère sur deux nouvellement inscrit au tableau de l'Ordre a fait ses études hors de France, sur une durée de l'ordre de 5,5 à 6 ans. La France est le seul pays d'Europe où les études vétérinaires sont si longues : plus de 8 ans pour près de deux tiers des effectifs. L'effort est beaucoup trop important pour les familles et pour l'Etat.
L'objectif n'est pas de mettre en cause l'excellente qualité de la formation en prépa BCPST, qui continuera de fournir 50% des effectifs d'une promo, mais de contribuer à raccourcir la durée moyenne des études et de tenter d'assurer une meilleure diversification sociale et territoriale des étudiant(e)s. Sans discrimination positive, sans piston, quoi qu'en pensent les esprits grincheux, et sur des épreuves dimensionnées pour limiter fortement le bachotage, même si nous ne nous berçons pas d'illusions non plus.
avatar
le 27-12-2019 à 18:25:48
Ça ne donne pas envie de se prendre la tête 2 à 3 ans en prépa...c'est une expérimentation curieuse de laisser en parallèle les 2 modes d'entrée post bac (avec/sans prépa). A voir pour la motivation... mais à mon sens, avant d'avoir pratiqué, quel que soit l'accès aux études, on ne peut pas savoir si ça va plaire ou pas. Perso j'étais hyper motivée depuis l'enfance, et après les cliniques à l'école j'ai décidé de faire autre chose...
avatar
Yves Daniel, Vétérinaire le 27-12-2019 à 19:44:21
et vous croyez que ca va susciter des vocations en rurale????VOUS ATTRAPEZ LES AVIONS EN VOL.....

on a créé un mode de recrutement DISCOUNT,voila tout....
avatar
Arnauld Durand, Vétérinaire le 28-12-2019 à 09:27:32
Enfin! Nous allons peut-être enfin retrouver des jeunes uniquement motivés par le corps de notre métier et non des étudiants formatés "ingénieurs" par cette foutue prépa BCPST, où les places du concours ont été squattées pendant 15 ans par des étudiants plus prompts à inventer le "vétérinaire2.0", tout sauf praticien, biberonné aux 35 heures, salarié jusque dans ces gènes, bon petit soldat cloné pour l'industrie agro ou les chaines de cliniques!
un nouvel espoir est né! Que la Force soit avec nous et cette nouvelle génération!
avatar
Arnauld Durand, Vétérinaire le 28-12-2019 à 10:07:12
Plus sérieusement, je pense que ce système est un retour en arrière positif à l'époque où notre bonne vieille prépa véto était séparée des prépa agro: Vétérinaire sinon rien! Là, il s'agira d'une prépa intégrée avec des étudiants choisis sur dossier comme avant.
Nous aurons donc des gens qui auront le métier chevillé au corps et non pas des étudiants rentrés par effraction ou par le hasard des classements aux concours communs agro/véto/ENS, etc...
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK