Ecole vétérinaire privée : la Fédération des syndicats vétérinaires de France interpelle la commission mixte paritaire - Le Point Vétérinaire.fr

Ecole vétérinaire privée : la Fédération des syndicats vétérinaires de France interpelle la commission mixte paritaire

Tanit Halfon | 06.11.2020 à 09:23:35 |
lettre
© iStock-alexsl

Dans un courrier adressé aux parlementaires de la commission, six instances syndicales soulignent les points de fragilité du projet de loi permettant la création d’écoles vétérinaires privées.

La Fédération des syndicats vétérinaires de France (FSVF) a adressé le 5 novembre un courrier aux membres de la commission mixte paritaire, qui doivent se réunir le 9 novembre pour discuter, entre autres, de l’ouverture de la formation vétérinaire à des établissements d’enseignement supérieur privés.  

La FSVF n’est pas opposée au principe de l’ouverture d’une école vétérinaire privée, comme cela est indiqué dans le courrier, mais elle appelle à renforcer la réflexion autour du projet, et d’y associer la profession et les autres parties prenantes concernées. Car en effet, «  une telle évolution, qui serait la plus importante pour notre profession depuis la création du doctorat vétérinaire en 1923, a forcément de nombreuses implications sur l’unicité du diplôme, sur le risque d’une formation selon deux logiques différentes et donc sur la façon dont les vétérinaires remplissent leurs missions au service de la société et de l’Etat », souligne le courrier.

L’école privée n’est pas une solution pour le maillage

Pour conforter ces propos, trois « points de fragilité » sont évoqués. Le premier concerne la problématique de maillage vétérinaire dans des zones rurales, un sujet qui a été utilisé par les sénateurs pour justifier le projet d’une école privée. « La fragilité s’est accélérée du fait de la diminution régulière de la rentabilité économique des activités vétérinaires en productions animales dans ces zones à faible densité d’élevage. C’est donc en premier lieu un problème de demande et non pas d’offre. Les solutions se trouvent dans un nouveau modèle économique, qui reste à construire, entre l’ensemble des acteurs en incluant l’Etat et les collectivités territoriales », rappelle le courrier.

Autre point évoqué, celui de la qualité de la formation, et pour ce point, le courrier indique que le texte actuel n’offre pas de garanties suffisantes. « Le risque d’une formation hétérogène pour un unique diplôme vétérinaire nous semble réel et sérieux », alerte la FSVF, qui propose que la profession participe à l’élaboration de garanties.

Une sélection par l’argent, contraire aux valeurs de la FSVF

Dernier point de tension, celui du coût de la formation. Il serait de plus de 90 000 euros pour six années d’études. « Quelles familles pourront assumer une telle dépense », interroge la fédération, et « nous souhaitons que des réponses satisfaisantes soient apportées afin d’éviter une sélection par l’argent, contraire à nos valeurs ».

« Le projet actuel de création d’une école vétérinaire privée fait peser beaucoup d’incertitudes sur l’avenir de la profession vétérinaire. Nous souhaitons être associés à un travail approfondi qui doit être conduit afin d’apporter des réponses appropriées au défi majeur que nous connaissons », conclut le courrier.

Contacté par nos soins, Jean-Yves Gauchot, président de la fédération des syndicats vétérinaires de France, estime que « la commission paritaire pourrait être sensible aux arguments d’un amendement pour laquelle la profession n’a pas été vraiment consulté d’une part et qui bouleverserait en l’état les équilibres. On est dans le jeu démocratique, il est possible que la commission nous entende car la FSVF est une fédération de syndicats avec des opinions divergentes , ce texte est un texte de consensus ».

---

Les syndicats signataires sont le syndicat national des vétérinaires d’exercice libéral, le syndicat national des inspecteurs de santé publique vétérinaire, le syndicat national des vétérinaires conseils, le syndicat national des vétérinaires salariés d’entreprises, la fédération syndicale des enseignants des écoles vétérinaires françaises, le syndicat français des vétérinaires membres des collèges européens-Spécialistes vétérinaires.

Tanit Halfon
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application