Echinococcose alvéolaire: de nouvelles connaissances sur le mode de propagation 

Clothilde Barde

| 20.09.2021 à 08:00:00 |
© BirdImages

En analysant l’ADN (acide désoxyribonucléique) des vers du parasite Echinococcus multilocularis, un groupe international de scientifiques, sous la direction de l’Anses (Agence Nationale de la santé et de la protection de l'environnement), a déterminé comment les renards l'ont transporté depuis les Alpes jusqu’à l’Europe du Nord et de l’Est.

Avec une quarantaine de nouveaux cas repertoriés chaque année en France et, depuis une trentaine d’années, des cas humains et/ou des renards infectés signalés dans d’autres régions françaises, ainsi qu'aux Pays-Bas, en Estonie, en Pologne, en Serbie ou en Croatie, le parasite Echinococcus multilocularis, dont les hotes habituels sont les rongeurs et les renards, peut infester accidentellement l'homme et provoquer de graves atteintes. C'est pourquoi, une équipe de chercheurs a tenté de comprendre le mécanisme responsable de la propagation du parasite dans le cadre d'une étude dont ils viennent de publier les resultats.De nouvelles souches asiatiques identifiées en PologneDe précédents travaux avaient permis de démontrer que le parasite avait ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.

Clothilde Barde

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application