“Distrib’gate” : des clés pour comprendre l’affaire

Michaella Igoho-Moradel | 13.09.2018 à 14:07:22 |
Un bureau avec des dossiers, lunette, et stylo
© Kanizphoto – istock

Le dossier des distributeurs en gros de médicaments vétérinaires sanctionnés par l’Autorité de la concurrence a mis en lumière des pratiques illicites dans ce secteur. Éclairages.

Pour la première fois fin juillet, l’Autorité de la concurrence a sanctionné le secteur de la distribution en gros de médicaments vétérinaires. Quelques mois plus tôt, en février, c’était la DGCCRF qui sanctionnait un groupement d’intérêt économique (GIE) pour pratique anticoncurrentielle. Ces décisions démontrent-elles un intérêt particulier des autorités de contrôle pour le secteur vétérinaire ? À en croire le rapport d’activité 2017 de l’Autorité de la concurrence, ce n’est pas le cas. En effet, elle note une prédominance du commerce de détail à dominance alimentaire et de distribution auto?mobile dans les affaires contentieuses. Une première donc pour le secteur ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Michaella Igoho-Moradel
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK