Des retards de facturation qui coûtent aux vétérinaires équins - Le Point Vétérinaire.fr

Des retards de facturation qui coûtent aux vétérinaires équins

Lucie Langlois

| 14.06.2024 à 11:10:00 |
© Chalabala/Istock

Une étude américaine publiée en avril 2024 montre l’association entre le retard dans la saisie des frais de facturation et une diminution du montant total de la facture dans la pratique équine.

L'American veterinary medical association (AVMA) révèle dans son édition en ligne du 10 avril 2024 les résultats d'une étude menée auprès des praticiens équins relative à la facturation des soins. 

De nombreux vétérinaires équins sont des praticiens exerçant en ambulatoire. Cette spécificité a son lot de particularités et de points d’attention. La facturation n'est pas toujours réalisée sur place, le vétérinaire enregistre les données lors du rendez-vous, mais la facturation peut être reportée au soir, voire aux jours suivants. Comme en médecine humaine, le retard dans la saisie des frais peut entrainer des omissions, représentant jusqu’à 10 à 15% du travail vétérinaire effectué.

Pour mieux cerner ce phénomène, le docteur Landon Fielding, du centre médical équin de Loomis Basin (Californie), a réalisé une étude dans 3 hôpitaux équins, sur plus de 67000 cas pris en charge par 49 vétérinaires différents. La totalité des frais, la date et le lieu de la consultation, la catégorie (heures normales ou de garde, en ambulatoire ou à la clinique), et le nom du vétérinaire en charge de la consultation ont été recueillis. Le délai entre la réalisation de l'acte et l'enregistrement des frais a été classé dans différentes catégories : le même jour, un jour après et plus d'un jour après. Les résultats montrent que plus le délai augmente, plus les frais de facturation diminuent (environ 15% de moins quand le vétérinaire attend un jour, et en moyenne 36% quand le retard est de plus d'une journée).

Cette étude ne permet pas forcément d’établir une corrélation entre le délai d’entrée de la facturation et la diminution de son montant. Une étude prospective permettrait d’étudier l’influence du facteur avec plus de fiabilité. D’autres facteurs non mesurés dans cette étude pourraient avoir leur part de responsabilité, comme le lieu où la facturation est réalisé (sur place, à côté de la voiture ou bien le soir en rentrant). Si cette relation de cause à effet à effet est confirmée, il pourrait être souhaitable pour les praticiens de faciliter la saisie des factures en temps utile et de se former sur les moyens d’améliorer ce paramètre.

Lucie Langlois

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application