Des insectes pour nourrir la planète ?

Tanit Halfon | 29.03.2017 à 16:33:11 |
vers à soir
© chengyuzheng

La recherche d’un régime alimentaire durable et de qualité, concerne autant l’être humain que l’animal. Le séminaire Insectinov entend montrer que l’insecte, source alternative de protéines, est une solution possible.

Les acteurs de la récente filière industrielle des insectes se réuniront à Paris du 10 au 12 octobre 2017, à l’occasion du séminaire Insectinov, organisé par Adebiotech (association soutenant le développement des biotechnologies) et AgroParisTech (institut des sciences et industries du vivant et de l’environnement). L’objectif du colloque sera de faire un état des lieux des aspects scientifiques, technologiques, économiques, sociétaux et réglementaires de la filière. Pour ce faire, plusieurs sujets seront abordés, des systèmes d’élevage (domestication des insectes, système de ventilation des élevages, etc) à la valorisation de l’insecte, notamment pour son usage dans l’alimentation humaine et animale

Comme le rappelle l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la population mondiale augmente constamment et atteindra, selon les estimations, jusqu’à 9 milliards d’habitants en 2050. L’enjeu de la disponibilité alimentaire est de taille. Face à des ressources limitées (animales et végétales), mais aussi face aux conséquences de leur sur-exploitation (déforestation, pollution environnementale, etc), l’insecte apparaît pour certains comme une solution inespérée.

Plus de 1900 espèces d’insectes sont actuellement répertoriées comme étant comestibles. Leur valeur nutritionnelle s’avère très variable, du fait de la grande diversité des espèces comestibles, mais est liée aussi à leur stade de développement, habitat, alimentation et mode de préparation. Néanmoins, les études montrent que le taux de protéines dépasse souvent celui d’autres espèces, et que l'insecte renferme également des lipides, fibres, vitamines, minéraux et oligo-éléments. L’ensemble de ces données est actuellement compilé dans la base INFOODS (réseau international des systèmes de données sur l’alimentation) de la FAO.

L’incorporation des insectes dans la nourriture destinée à l’animal est déjà d’actualité dans plusieurs secteurs d'activité (aquaculture, aviculture, parcs zoologiques, etc) et régions du globe. Elle pourrait aider à lutter contre les prix élevés des farines de viande, de poisson et de soja. De plus, la chitine constituant l’exosquelette des insectes pourrait même avoir un effet positif sur le système immunitaire.

Mais plus que l’alternative aux protéines habituelles, l’élevage de l’insecte pèse peu sur l’environnement. Moins de places, moins d’émissions de gaz à effet de serre, recyclage du fumier en l’utilisant pour nourrir les insectes, efficacité de la conversion alimentaire  … sont autant de paramètres qui encouragent l’étude et le développement de cette nouvelle filière.

Les informations relatives au congrès sont disponibles en ligne

Tanit Halfon
1 commentaire
avatar
Guillaume Collignon, Vétérinaire le 02-04-2017 à 09:49:06
Comment pourra-t'on gérer la prise en compte du bien-être animal avec des élevages d'insectes ? Personnellement je n'en ai aucune idée...
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK