Des foyers d'anémie infectieuse équine dans le sud

Respe | 19.01.2018 à 11:55:12 |
Cheval malade
© neenawat - iStock

Des foyers sont constatés dans le Var et les Alpes-Maritimes. L’enquête se poursuit et va s’étendre. Bilan d’étape du Respe.

En effet, un deuxième foyer, en lien épidémiologique avec le premier cas, est localisé à Lorgues (83). La DGAL nous informait le 27/12/2017 de la déclaration d'un premier foyer d'anémie infectieuse et de ses suites sur la commune de Contes dans les Alpes-Maritimes (06). A ce stade, seuls 2 chevaux ont été déclarés infectés et euthanasiés.

Les mesures sanitaires ont été mises en place par les Directions Départementales de la Protection des Populations du Var et des Alpes Maritimes (DDPP83 et DDPP06), en particulier l’enquête épidémiologique, en lien avec la Direction générale de l’Alimentation (DGAL). Selon la règlementation en vigueur, une zone de surveillance d’un rayon de 2 km a été définie autour de chacun des foyers et fait l’objet d’un arrêté préfectoral. A l’intérieur de ces zones, un protocole est instauré pour éviter la propagation du virus : les mouvements d’équidés sont interdits et tous les équidés présents sont recensés et testés individuellement pour recherche d’anémie infectieuse. L’enquête a pour objectif d’identifier les équidés ayant été en contact avec les deux cas pour connaître l’éventuelle circulation virale et déterminer l’origine des foyers. Les équidés ayant été en contact prolongé avec les animaux infectés (détention commune, randonnées communes fréquentes, pâtures proches…) sont actuellement testés. A ce stade de l’investigation, aucun lien ne peut être établi avec le précédent épisode d’AIE déclaré à Carcès en 2009.

L’enquête se poursuit et va s’étendre à la totalité des communes de Lorgues, Saint Antonin du Var et le Thoronet dans le Var, et de Contes dans les Alpes Maritimes, pour recenser tous les équidés présents avec le concours de l’institut français du cheval et de l’équitation (IFCE). Les vétérinaires sanitaires des deux départements sont sollicités pour participer à l’enquête et procéder aux prélèvements sur les équidés contacts identifiés. Le Respe a également appelé ses vétérinaires sentinelles à la vigilance concernant la situation et sollicité leur collaboration à l’enquête avec les services vétérinaires.

 

Respe
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK