Des algorithmes pour limiter les maladies respiratoires bovines

Clothilde Barde | 19.04.2021 à 08:30:00 |
© Gabriele Grassl

Afin de proposer aux éleveurs engraisseurs des alternatives aux antibiotiques, l’unité BIOEPAR de l'Institut National de la recherche agronomique et de l'environnement (Inrae), qui travaille à l’interface entre la médecine vétérinaire et la modélisation épidémiologique, a développé des outils d’aide à la décision pour optimiser les facteurs liés à la gestion logistique de ces animaux.

La plupart des cas de maladies respiratoires des jeunes bovins survient dans les semaines qui suivent le transfert des animaux depuis les éleveurs "naisseurs" vers des centres d’engraissement indique un récent communiqué de l'Inrae. Or, comme ces affections du début de la période d’engraissement ont des conséquences sanitaires et économiques importantes en élevage, l’unité BIOEPAR de l'Inrae a étudié les facteurs liés à la gestion logistique de ces animaux pour proposer aux éleveurs engraisseurs des alternatives aux antibiotiques.Des infections déjà chez le naisseurA cet égard, l'équipe de chercheur a d’abord identifié trois facteurs favorisant les maladies respiratoires bovines à partir d’un jeu de données fourni ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Clothilde Barde
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK