Covid-19 : télémédecine vétérinaire, pourquoi çà coince ?

Michaella Igoho-Moradel | 09.04.2020 à 18:30:34 |
Télémédecine vétérinaire
© verbaska_studio

Le projet de décret autorisant l’expérimentation de la télémédecine vétérinaire se trouve actuellement entre les mains du Conseil d’Etat. Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, indique qu’il sera publié d’ici la fin du mois d’avril.

En pleine période de crise sanitaire, la complexité des procédures ralentit le lancement par le Ministère de l’Agriculture d’une expérimentation de la télémédecine vétérinaire. Dès le 1er avril, Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, a fait part aux organisations professionnelles vétérinaires des difficultés juridiques auxquelles ses services étaient confrontés. Pourtant ce dernier a indiqué que la télémédecine vétérinaire constitue l’une des priorités de son ministère. « Monsieur Didier Guillaume a affirmé (...) qu'il soutenait pleinement la demande des vétérinaires, et ce d'autant plus dans le contexte d'épidémie en cours. Garantir la sécurité des personnes, et des vétérinaires, est la priorité absolue dans la ...

Ce contenu est réservé aux membres du site Le Point Vétérinaire.fr
Vous avez déjà un compte ?


Vous n'avez pas de compte

Inscrivez-vous et profitez des services gratuits proposés sur Le Point Vétérinaire.fr


Vous êtes abonné(e) à la version papier des revues des Editions du Point Vétérinaire, du DMV ou de l’Annuaire ROY ?
Créez-vous un compte pour bénéficier de la version numérique et des services inclus dans votre abonnement.

Michaella Igoho-Moradel
4 commentaires
avatar
Mike89 le 09-04-2020 à 18:56:09
Ce sont les gros vendeurs de médicaments (les Mestra... et autres) qui vont être contents!
La médecine du fond de son bureau pour des clients qui habitent à quelques centaines de kilomètres !
L’ordre a poussé les hauts cris contre la vente de médicaments sans avoir examiné l’animal et là ils font la promotion de ce qu’ils ont combattu ces dernières années.
J’avoue être décontenancé !
Les partisans du découplage vont pouvoir relancer leurs attaques...
Et les vétos qui aiment leur métier aller s’inscrire au chômage.

avatar
Mike89 le 09-04-2020 à 18:56:10
Ce sont les gros vendeurs de médicaments (les Mestra... et autres) qui vont être contents!
La médecine du fond de son bureau pour des clients qui habitent à quelques centaines de kilomètres !
L’ordre a poussé les hauts cris contre la vente de médicaments sans avoir examiné l’animal et là ils font la promotion de ce qu’ils ont combattu ces dernières années.
J’avoue être décontenancé !
Les partisans du découplage vont pouvoir relancer leurs attaques...
Et les vétos qui aiment leur métier aller s’inscrire au chômage.

avatar
tib le 09-04-2020 à 22:20:13
je ne comprends pas de quel droit nos instances se lancent dans des projets sans avoir consulté les professionnels sur le terrain. Je n'ai pas eu l'occasion d'entendre des confrères de terrain s'exprimer pour réclamer la télémédecine vétérinaire. Pourquoi un tel empressement?
avatar
vivi 58 le 11-04-2020 à 11:22:29
De la télémédecine pourquoi pas mais avant de donner les autorisations d'en faire il faudrait prévoir comment le faire sinon les labos et autres chaines vétérinaires vont se ruer dans le secteur , occuper la place et adieu les vétérinaires de terrain !!!en effet comment fait on pour se faire payer le temps passé à donner des conseils puisque nous ne sommes bons qu'à ça maintenant !! Il ne faut pas compter sur l'honnêteté des clients. Et de quels moyens vidéo dispose-t-on ?
Cela sent plus l'effet d'annonce pour nous occuper
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK