Covid-19 : report des mensualités du crédit, attention, ce n’est pas gratuit ! - Le Point Vétérinaire.fr

Covid-19 : report des mensualités du crédit, attention, ce n’est pas gratuit !

Jacques Nadel | 01.06.2020 à 11:52:16 |
Tirelire
© Istock

Pour soulager les entreprises pendant la crise sanitaire, les banques se sont engagées à reporter jusqu’à 6 mois le remboursement de crédits des entreprises, sans frais, formalités et soi-disant sans intérêt...

Alors que l’activité reprend progressivement son cours normal, le Crédit Mutuel se rapproche de ses clients qui n’ont pas eu trop à pâtir de la baisse d’activité pendant le confinement afin de leur proposer différentes options de remboursement anticipé des mensualités reportées depuis mars : soit dès juin au rythme et à la convenance du dirigeant, soit à partir de septembre/octobre, soit en intégrant dans le prêt en cours les mensualités non réglées tout en conservant la durée du prêt, soit en rallongeant la durée des prêts du nombre d’échéances reportées (6 mois), ce qui est l’esprit et l’intérêt de cette mesure de soutien des entreprises.

En fait, toutes ces options ne sont pas gratuites, contrairement à ce que pensent les dirigeants qui ont accepté ou sollicité l’offre de report. Ils le découvrent maintenant avec surprise et parfois indignation. En effet, cette gestion des reports d’échéances qui n’est pas propre au Crédit Mutuel, mais commune à toutes les banques, induit forcément la facturation d’intérêts supplémentaires (au taux normal du prêt) générés par le décalage - d’un semestre - des mensualités (pour rappel, les intérêts sont calculés tous les mois sur le capital restant dû).
« Si la banque porte le risque financier 6 mois de plus, elle doit le tarifer », explique Jérôme Capon, directeur du réseau d’Interfimo. Le surcoût d’un report de mensualités n’a donc rien de surprenant sauf pour l’emprunteur non averti.
Même dans un contexte de taux très faible (actuellement de 1% pour un crédit professionnel sur 10 ans), ce surcoût n’est pas négligeable à la fin, comme le montre cet exemple réalisé par le cabinet d’expertise comptable AdequA à notre demande. 
Exemple : Pour un emprunt de 1 million au taux de 1% l’an au 30 juin 2020, quatre hypothèses sont étudiées : n°1 : pas de suspension des échéances d’emprunt ; n°2 : décalage de l’emprunt de 6 mois puis remboursement sur 9 ans et 6 mois ; n°3 : décalage de l’emprunt de 6 mois puis remboursement sur 10 ans ; n°4 : décalage de l’emprunt de 6 mois puis paiement des échéances décalées au bout de 6 mois en une fois puis remboursement sur 9 ans et 6 mois.
Résultat : Les intérêts cumulés sur la durée totale du prêt sont de 51 249 € dans l’hypothèse n°1, de 53 912 € dans l’hypothèse n°2, de 56 506 € dans l’hypothèse n°3 (la plus onéreuse) et de 51 402 € dans l’hypothèse n°4.

 

Jacques Nadel
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application