Covid-19 : des initiatives solidaires pour garder les animaux - Le Point Vétérinaire.fr

Covid-19 : des initiatives solidaires pour garder les animaux

Bénédicte Iturria | 06.04.2020 à 17:56:41 |
mon bidou
© @monbibou

« Qui va s’occuper de mon animal si je devais être hospitalisé ? » Face à la pandémie de Covid-19, c’est la question que chaque propriétaire d’un animal doit se poser afin d’anticiper la garde de son fidèle compagnon.

Comme l’a dit expliqué notre confrère Bruno Pelletier, praticien à Colombes (92) à 30 millions d’amis.fr : « Il faut anticiper et identifier, parmi ses proches, la personne qui pourra prendre soin de l’animal en cas d’hospitalisation. Pour une personne seule, c’est le maire qui prend un arrêté afin que la fourrière vienne chercher l’animal et le garde pendant toute la durée de l’hospitalisation. C’est ce qu’on appelle une « garde sociale ». Mais encore faut-il prévenir l’hôpital qu’il y a un animal seul chez vous ». La Fondation Brigitte Bardot recommande elle aussi en cette période difficile de prendre des dispositions en cas de surcroît de travail (personnel soignant, personne travaillant dans l’alimentaire …), de maladie ou d’hospitalisation. S’il n’est pas possible d’identifier une personne de confiance dans son entourage, le propriétaire ne doit pas hésiter à se signaler auprès de sa mairie qui peut ainsi intervenir si elle est prévenue. Il peut aussi faire appel à un service de garde d’animaux sur des sites dédiés ou à des groupes d’entraide sur les réseaux sociaux. 

Beaucoup d’initiatives solidaires ont en effet vu le jour. Le service de garderie Emprunte mon toutou a par exemple rendu son service complètement gratuit pour toute la durée du confinement.
Nombreux sont les internautes qui n’hésitent pas à proposer leur aide comme c’est le cas par exemple sur le groupe privé Facebook Wanted Community Animaux qui compte plus de 50000 membres. Ce groupe, qui a pour vocation habituellement de mettre en relation les personnes souhaitant adopter, ayant un animal à proposer à l’adoption ou les familles d’accueils, reçoit de nombreuses offres visant à aider les maitres ne pouvant s’occuper de leur animal.
Mon bibou,  réseau social de garde gratuite d’animaux de compagnie s’est mis à la disposition du personnel soignant et des personnes fragiles. Ces amoureux des animaux souhaitent montrer leur gratitude en promenant et gardant les fidèles compagnons des aide-soignantes, infirmières, médecins, pompiers, ambulanciers qui ne peuvent plus leurs accorder autant de temps. Mon bibou a aussi commencé à bâtir un maillage renforcé et à grande échelle de « nounous » prêtes à accueillir les animaux des personnes hospitalisées (près de 1500 accueillants en France, Suisse et Belgique). Afin de respecter les règles du confinement, le réseau propose un complément d’attestation de déplacement à télécharger expliquant ce que va faire la nounou.  
Même initiative à Toulouse de la part de l’association  le Resto des Zanimos qui a lancé un groupe Facebook Aide aux Zanimos des soignants de Toulouse devenu rapidement Aide aux Zanimos des soignants de France. Des bénévoles se sont en effet manifestés de toute la France pour être mis en relation avec des personnes ayant besoin d’aide pour leur animal. Afin d'éviter les déplacements trop éloignés qui sont contraires à la réglementation actuelle, la présidente des Zanimos, Valérie Livert souhaite privilégier l'organisation de l'entre-aide quartier par quartier. Elle demande pour cela aux voisins de soignants ou de personnes hospitalisées de se signaler en priorité. 
En Belgique Dominique Dhondt, propriétaire de la pension pour chiens De Roedelhoeve a décidé de mettre gratuitement ses nombreuses places vacantes du fait de la crise à la disposition des chiens des personnes malades. Elle récupère au domicile des propriétaires les animaux, dans le respect des précautions d’hygiènes, qui peuvent rester dans le chenil aussi longtemps que nécessaire

Bénédicte Iturria
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application