Contrôle Urssaf : des informations fournies par un tiers font échec à un redressement

Jacques Nadel

| 10.05.2022 à 16:01:00 |
© Richard Villalonundefined undefined-Istock

Dans le cadre d’un contrôle prévu à l’article R. 243-59 du code de la sécurité sociale pour les organismes en charge du recouvrement des cotisations et contributions sociales, les agents de contrôle de l’Urssaf ne peuvent recueillir des informations qu’auprès de la société contrôlée et des personnes rémunérées par celle-ci.

Dès lors que les renseignements, pris en compte par l’Urssaf pour opérer un redressement, ont été obtenus auprès de tiers, la procédure de contrôle est irrégulière et le chef de redressement fondé sur ces renseignements doit être annulé.Telle a été la décision de la Cour de cassation qui, dans une affaire récemment jugée, a une interprétation stricte des dispositions de l’article R 243-59 du Code de la sécurité sociale ; tout manquement par rapport à cet article conduisant à la nullité des opérations de contrôle et de redressement, s’agissant au moins des chefs de redressement affectés par la demande de renseignements ou d’éléments d’information auprès de ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.

Jacques Nadel

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application