Comment sauver la spécialisation dans les ENV

Tanit Halfon | 29.03.2018 à 15:02:58 |
Un vétérinaire faisant une échographie
© Zoranm – iStock

Les Écoles nationales vétérinaires (ENV) souffrent d’un manque de spécialistes. Pour y remédier, un récent rapport du Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER) préconise de construire un nouveau modèle de développement, qui augmenterait les moyens financiers des établissements, sans faire davantage appel aux crédits de l’État.

Le spécialiste dans les Écoles nationales vétérinaires (ENV) françaises est-il une espèce menacée ? C’est ce que laisse entendre le tout dernier rapport du Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER) sur le “développement de la médecine vétérinaire spécialisée des animaux de compagnie et animaux de sport dans les écoles nationales vétérinaires” de François Gerster et Vincent Steinmetz. L’objectif : « explorer les opportunités (notamment génératrices de ressources propres pour les établissements) et les modalités juridiques et financières susceptibles de créer des conditions favorables pour héberger et développer ces activités dans les domaines des animaux de ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Tanit Halfon
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK