Clôture de la 2e Conférence mondiale de l'OIE sur l'antibiorésistance

Michaella Igoho-Moradel | 31.10.2018 à 17:13:14 |
Conférence mondiale OIE
© OIE

Les ministres de l'Agriculture s'accordent sur une action internationale pour lutter contre l'antibiorésistance.

 L'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) a accueilli cette semaine les leaders mondiaux de la santé animale issus des secteurs privé et public et de la société civile pour débattre de nouvelles idées et solutions face à la montée mondiale de la résistance aux antimicrobiens (RAM). L'événement qui s’est déroulé du 29 au 31 octobre à Marrakech, a été placé sous le haut patronage de sa majesté Mohammed VI, roi du Maroc. Intitulé la 2e Conférence mondiale sur la résistance aux antimicrobiens et l'utilisation prudente des agents antimicrobiens chez les animaux, le séminaire s'est concentré sur le rôle joué par la santé animale dans l'un des plus graves défis mondiaux en matière de santé au XXIe siècle.

"La prévention de la résistance aux antimicrobiens dans l'agriculture est essentielle à la santé humaine, ainsi qu'à la sécurité sanitaire des aliments, à la sécurité alimentaire, à la santé et au bien-être des animaux. Les antimicrobiens sont utilisés dans le monde entier pour contrôler et traiter les infections chez les animaux et les humains, mais leur utilisation abusive et abusive compromet leur efficacité. Des mouvements sans précédent de personnes, d'animaux, de biens et d'aliments dans le monde entier permettent aux agents pathogènes résistants de peupler facilement la planète" indique l’OIE.

Plus de 500 participants, dont des représentants des 182 pays membres de l'OIE, des partenaires internationaux (FAO, OMS, Banque mondiale et Groupe de coordination interinstitutions des Nations Unies sur la résistance aux antimicrobiens, par exemple), ainsi que des représentants du secteur de la viande, industries laitière, avicole, pharmaceutique, de la société civile et du monde universitaire.

Les discussions ont notamment porté sur la nécessité d'une coordination intersectorielle au niveau national par le biais de plans d'action nationaux visant à prévenir le développement et la propagation de la résistance aux antimicrobiens. Parmi les orateurs de la conférence figuraient des ministres, des vice-ministres et des secrétaires d'État de pays du monde entier, notamment le Maroc, l'Allemagne, le Sénégal, la Thaïlande, le Japon, la Norvège, le Botswana, la Serbie et l'Ouzbékistan. 

"Ce n'est qu'en encourageant l'utilisation responsable et prudente des antimicrobiens que leur efficacité pourra être sauvegardée, en garantissant que les médicaments essentiels qui protègent la santé humaine et animale puissent continuer à être utilisés ", a déclaré la Docteure Monique Eloit, Directrice générale de l'OIE. “Nous avons accompli des progrès importants dans cette mission aujourd'hui. Des normes internationales sur l'utilisation prudente existent déjà. Nous devons maintenant les mettre en pratique au niveau national pour lutter contre la résistance aux antimicrobiens. Pour cela, la collaboration internationale est essentielle. En travaillant ensemble, les pays peuvent discuter des défis, partager les meilleures pratiques et apporter des améliorations globales . ”

Source : communiqué de presse OIE du 31 octobre 2018

Michaella Igoho-Moradel
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK