Chiens « renifleurs » de Covid-19 : de nouveaux résultats concluants

Tanit Halfon | 26.05.2021 à 15:03:00 |
© Nosais

Dans le cadre de l’étude Salicov-APHP, l’équipe du professeur Dominique Grandjean de l’école nationale vétérinaire d’Alfort confirme une nouvelle fois l’intérêt d’utiliser les capacités olfactives du chien dans la détection de personnes malades du Covid-19.

Il est tout à fait possible de s'appuyer sur l'odorat du chien pour détecter les individus porteurs de Sras-CoV-2, a montré l’étude Salicov-APHP. L’analyse des résultats révèle ainsi une sensibilité de 97%, et une spécificité de 91% (335 personnes inclues dans l’étude, dont 109 positifs à la RT-PCR sur prélèvement naso-pharyngé).Une méthode aussi efficace que la technique de référenceLe projet de recherche Salicov avait débuté en septembre 2020. Son objectif était d’évaluer les performances de détection salivaire du Sars-CoV-2 par rapport à la technique de référence sur prélèvement naso-pharyngé. Quelques mois après le début de l’étude, avait été associée l’équipe du ...

Ce contenu est réservé aux membres du site Le Point Vétérinaire.fr
Vous avez déjà un compte ?


Vous n'avez pas de compte

Inscrivez-vous et profitez des services gratuits proposés sur Le Point Vétérinaire.fr


Vous êtes abonné(e) à la version papier des revues des Editions du Point Vétérinaire, du DMV ou de l’Annuaire ROY ?
Créez-vous un compte pour bénéficier de la version numérique et des services inclus dans votre abonnement.

Tanit Halfon
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application