Chiens et chats : des colliers antiparasitaires falsifiés vendus sur internet

Michaella Igoho-Moradel | 04.12.2020 à 15:01:42 |
Achat en ligne
© Moyo Studio

En provenance de Chine, ces produits, détectés par l’Agence nationale du médicament vétérinaire (Anses-ANMV), ne contiennent aucunes substances actives.

Gare aux produits vétérinaires falsifiés ! L’Agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV) a détecté sur le site de vente en ligne Wish des colliers antiparasitaires falsifiés, présentés comme des produits de la gamme Seresto produits par l’entreprise Bayer. « Seul le prix des colliers proposés sur le site internet, très attractif, pouvait faire douter de leur authenticité. Les expéditeurs étaient localisés en Chine » indique l’agence.

Des conditionnements sans identification

Après analyse, l’ANMV a constaté que ces produits ne respectent pas la réglementation en vigueur. Leur conditionnement était dépourvu d’une quelconque identification du produit (aucune mention du nom du collier, de l’espèce cible, ou des indications d’utilisation). « Rien ne permettait de différencier un collier pour les chats d’un collier pour les chiens. Aucun élément visible ne permettait de lier le collier à un numéro de lot, à un fabricant ou à un titulaire d’autorisation de mise sur le marché. De même, il n’y avait aucune information sur les précautions d’emploi, les risques pour l’animal et le propriétaire ni sur les conditions d’élimination des déchets. » De plus, les substances actives normalement contenues dans les colliers Seresto®, la fluméthrine et l’imidaclopride, sont absentes de ces colliers. « Les risques induits par l’achat et l’utilisation de tels médicaments falsifiés vont de la simple inefficacité à la toxicité éventuelle pour l’animal, l’Homme et l’environnement, selon les substances qu’ils contiennent. »

La vigilance reste de mise

L’Agence appelle à la vigilance lors de l’achat de produits vétérinaires sur internet car des contrefaçons et falsifications peuvent y être vendues. Il est préférable d’acheter ces produits auprès de commerçants pouvant attester de leur qualité. Lors de la réception, le propriétaire doit dans tous les cas s’assurer de l’intégrité du médicament (conditionnement secondaire, notice en français). En cas de doute, le médicament ne doit pas être administré à l’animal. « Une nouvelle réglementation européenne entrera en application en janvier 2022. À compter de cette date, les sites internet pouvant vendre des médicaments vétérinaires devront être enregistrés et afficher un logo attestant du respect de la réglementation » ajoute l’ANMV.

 

Michaella Igoho-Moradel
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application