Bilan de la progression de la peste porcine africaine en Europe de l’est

Tanit Halfon | 05.02.2018 à 18:41:41 |
sanglier
© CR

La maladie continue son extension en Europe de l’est. La plateforme d’épidémiosurveillance en santé animale fait le point.

La plateforme d’épidémiosurveillance en santé animale ESA a fait le point sur la progression de la peste porcine africaine en Europe de l’est.

Entre le 1er janvier 2014 et le 31 décembre 2017, 9 259 foyers et cas de PPA ont été déclarés dans dix pays d’Europe de l’est (Fédération de Russie, Pologne, Ukraine, Biélorussie, Moldavie, les trois pays Baltes, Roumanie et République Tchèque). En 2017, la Roumanie et la République Tchèque ont été touchées pour la première fois.

Depuis juillet 2017, est notée en Lituanie une hausse de nombre de cas chez les sangliers sauvages ; en Pologne, une extension de la maladie vers le sud-ouest avec plusieurs cas chez les sangliers dans la région de Varsovie ; en République Tchèque, une extension vers le sud, en dehors de la zone à haut risque ; et enfin en Ukraine, une distribution très étendue des foyers.

Le nombre de cas détectés au sein de la faune sauvage a explosé avec 314 cas en 2014 et 3946 cas en 2017, notamment en Lituanie et en Pologne, deux pays marqués par une forte augmentation des sangliers infectés en 2017. Pour l’instant, ce phénomène n’est pas expliqué.

Concernant l’élevage de porcs domestiques, les derniers foyers ont été détectés en août 2017 en Roumanie, en septembre 2017 en Lituanie et Estonie, en octobre 2017 en Lettonie et en décembre 2017 en Russie et Moldavie. L’Ukraine et la Pologne ont déclaré régulièrement des foyers en élevage depuis début 2017 pour le premier, et juin 2017 pour le deuxième.

A noter que la maladie est déclarée principalement dans les élevages porcins en Ukraine et Russie.

La République Tchèque constitue un cas particulier avec 202 cas déclaré en 2017 dans la région de Zlin, à l'est du pays. L'introduction de la maladie serait probablement liée à un facteur humain, via des poubelles d'un hôpital qui aurait amené des denrées contaminées, accessibles aux sangliers. Au 12 janvier 2018, selon les services vétérinaires, sur 384 sangliers trouvés morts, 191 étaient positifs pour la PPA.

Face à cette menace, les pays frontaliers, tels que la Hongrie et la Slovaquie, ont instauré des mesures de surveillance et de prévention : surveillance évènementielle ou programmée, contrôles aux frontières, campagnes de sensibilisation des professionnels de la santé animale.

Tanit Halfon
1 commentaire
avatar
Dr K.SAGHI le 05-02-2018 à 19:16:53
Bon courage.services vétérinaires.
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK