Bien-être animal : l’Europe bon élève ?

Michaella Igoho-Moradel | 31.01.2018 à 15:24:24 |
Bien-être animal
© Rattasak – iStock

La Cour des comptes européenne (CCE) s’intéresse aux mesures prises par l’Union européenne en faveur du bien-être animal.

La Cour des comptes européenne (CCE) s’intéresse à l'efficacité de l'action de l’Union européenne (UE) en matière de bien-être animal. Elle vient de publier, dans le cadre d’un audit en cours, un document d’information sur le respect de la législation européenne et la coordination entre les activités liées au bien-être animal et la politique agricole commune. L'audit est limité aux animaux d'élevage, qui font l'objet de la plupart des législations européennes pertinentes. Il y a environ 4,5 milliards de poulets, de poules pondeuses et de dindes dans l'UE et quelque 330 millions de vaches, de porcs, de chèvres et de moutons. En plus de la durée de vie des animaux à la ferme, la vérification portera également sur le transport et l'abattage.

Pour la période 2014-2020, les fonds de développement rural de l'UE alloués aux «paiements pour le bien-être des animaux» représentent environ 1,5 milliard d'euros. Les mesures visent à encourager des niveaux de bien-être supérieurs qui dépassent les exigences minimales de l'UE et des États membres.

L'audit comprend des visites dans cinq États membres: Roumanie, Pologne, France, Italie et Allemagne. L'audit est dirigé par Janusz Wojciechowski, membre de la CCE, et le rapport devrait être publié fin 2018.

Michaella Igoho-Moradel
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK