Bien-être animal : Julien Denormandie regrette un débat binaire

Tanit Halfon | 01.09.2020 à 17:32:06 |
interview
© DR

Le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, était l’invité de Jean-Jacques Bourdin ce lundi 31 août. Il a notamment été interrogé sur le référendum d’initiative partagée.

Au micro de Jean-Jacques Bourdin ce lundi 31 août, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie, s’est exprimé sur le référendum d’initiative partagée lancé récemment sur la question du bien-être animal (BEA). « A titre personnel, je pense que ce n’est pas le bon véhicule, on ne répond pas par oui ou par non à une la question du BEA », a-t-il indiqué. Pour illustrer cette complexité, il a pointé du doigt plusieurs questions sous-jacentes aux propositions du référendum : tout le monde sera-t-il prêt à payer plus cher la viande ? Quelles seraient les conséquences sur l’aménagement du territoire d’élevages qui ...

Ce contenu est réservé aux membres du site Le Point Vétérinaire.fr
Vous avez déjà un compte ?


Vous n'avez pas de compte

Inscrivez-vous et profitez des services gratuits proposés sur Le Point Vétérinaire.fr


Vous êtes abonné(e) à la version papier des revues des Editions du Point Vétérinaire, du DMV ou de l’Annuaire ROY ?
Créez-vous un compte pour bénéficier de la version numérique et des services inclus dans votre abonnement.

Tanit Halfon
2 commentaires
avatar
michele le 03-09-2020 à 16:48:23
Il ne faut pas rêver :avec un président pro chasse(reouverture des chasses presidentielles ,autorisation des silencieux ,augmentation des jours de chasse,baisse du prix du permis,etc),l'idée du bien-etre animal n'a aucune chance,et ce n'est pas l'interdiction -pour un an!- de la chasse à la glue qui changera quelque chose
avatar
patyhorse le 07-09-2020 à 09:25:23
C'est tres juste... Mais la chasse, certes est un gros problème. mais n'est pas le centre du problème de la maltraitance animale... il y a des multiples cas, a commencer par l'élevage intensif etc... Cette initiative (le RIP) est plus sue nécessaire pour faire bouger les choses... C'est un début, il ne faut pas baisser les bras. C'est a nous de faire en sorte que l'Etat nous entende... Même si ça dure des années, on ne lâchera pas !
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK