Bayer lance la 3ème saison digitale de sa campagne de sensibilisation "Ver du poumon - Non merci!"

Michaella Igoho-Moradel | 02.08.2019 à 10:00:00 |
Chien
© Vesnaandjic

Le laboratoire Bayer renforce le dispositif de communication en digital de sa campagne de sensibilisation « Ver du poumon – Non merci ! ».

Pour la troisième année consécutive, Bayer Santé animale lance sa campagne de sensibilisation « Ver du poumon – Non merci ! » afin de sensibiliser le grand public et les vétérinaires aux risques et aux dangers du ver du poumon. Un large dispositif de communication en digital (Youtube, site internet dédié, affichage de bannières, réseaux sociaux) et dans les cliniques vétérinaires a débuté en juin et se poursuivra jusqu’au mois de septembre.

Le laboratoire rappelle que les escargots et les limaces peuvent cacher le ver du poumon, un parasite dangereux pour le chien qui peut entrainer une maladie mortelle : l’angiostrongylose.  Selon lui, en 2018, plusieurs cas de mortalité dus au ver du poumon ont été identifiés dans des régions qui ne suspectent pas habituellement ce parasite. « En France, les enquêtes épidémiologiques portant sur l’angiostrongylose du chien demeurent peu nombreuses mais elles apportent tout de même deux informations fondamentales : il est maintenant possible d’observer des cas d’angiostrongylose dans des foyers répartis un peu partout sur le territoire national et les animaux à risque sont avant tout des chiens qui ont un accès libre à un jardin où ils peuvent être en contact direct ou indirect avec des gastéropodes, hôtes intermédiaires obligatoires » indique le professeur Jacques Guillot de l’Ecole nationale vétérinaire d’Alfort (ENVA).  

Le site internet dédié à cette campagne est accessible au lien suivant : https://www.verdupoumonnonmerci.com/prevention/

Michaella Igoho-Moradel
1 commentaire
avatar
boxx le 03-08-2019 à 12:30:01
Non merci s'applique parfaitement à Bayer !
Dont les campagnes pour leurs divers APE s'affranchissent allègrement de la simple mention du conseil du vétérinaire.
Dont la politique tarifaire à notre égard est incompréhensible : nous achetons le collier xx plus cher HT qu'il n'est vendu en grande surface ou ailleurs.
Dont la politique de remises aux pharmaciens sur des médicaments soumis à prescription les incite à délivrer sans ordonnance.
Alors Bayer, non merci !
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK