Baisse des cotisations sociales mais hausse de la CSG

Clarisse Burger | 05.01.2018 à 15:58:55 |
Cabinet vétérinaire canin
© BraunS - iStock

La hausse de la CSG est en vigueur depuis le 1er janvier 2018, et les cotisations sociales vont baisser en deux temps, pour les actifs dont certains devraient gagner en pouvoir d’achat.

Dans le cadre de la réforme du budget de la sécurité sociale 2018, les salariés vont bénéficier, progressivement d’une baisse de 3,15 points de leurs cotisations salariales (assurance maladie et assurance chômage) et selon le gouvernement d’un gain de pouvoir d’achat de 1,45% de leur rémunération brute. En contrepartie, la contribution sociale généralisée (CSG) a été augmentée de 1,7 point (passant de 7,5% à 9,2%) depuis le 1er janvier 2018, pour l’ensemble des revenus d’activité, y compris les pensions des retraités.

-Pour les salariés, cette suppression de cotisations sociales se fera en deux temps : les cotisations salariales devraient baisser de 2,2 points au 1er janvier 2018 puis de 0,95 points à l’automne prochain. Le gain de pouvoir d’achat -souhaité par le gouvernement- pour les salariés du secteur privé serait perceptible à l’automne 2018. Par exemple, pour un salarié payé au SMIC, le gain annuel net sera de 132 euros en 2018 et de 263 euros en 2019.

-Pour les indépendants et les professionnels libéraux, il serait prévu une baisse de la cotisation famille de 2,15 points et un renforcement de l’exonération dégressive de la cotisation d’assurance maladie et maternité. Ceux gagnant moins de 43 000 euros nets, bénéficieront de cette baisse de prélèvements : par exemple, pour un indépendant gagnant 2400 euros par mois, le gain sera de 550 euros par an. Pour un indépendant gagnant l’équivalent du SMIC, le gain annuel sera de 270 euros.

-Pour les créateurs d’entreprise et repreneurs d’entreprise, le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) 2018 prévoit une année blanche de cotisations sociales, sous conditions. Il s’agit notamment d’une exonération de cotisations pour la première année d’activité à compter du 1er janvier 2019, pour les revenus annuels inférieurs à 40 000 euros.

 

 

Clarisse Burger
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK