Avis de l’Efsa sur l’abattage des femelles en fin de gestation

Stéphanie Padiolleau | 02.06.2017 à 16:55:54 |
une vache laitière dans un camion
© tirc83 - iStock

Les experts de l’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) ont émis des recommandations afin de réduire le nombre de femelles abattues en fin de gestation.

L’abattage des femelles en fin de gestation concernerait, en Europe, environ 3 % des vaches laitières, 1,5% des vaches à viande, 0,8% des brebis, 0,5 % des truies et 0,2% des chèvres, avec des variations selon les pays et leurs productions. Plusieurs motifs ont été identifiés par les experts de l’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) : méconnaissance de la situation par l’éleveur ; abattage décidé pour des motifs économiques ou liés à la santé des animaux etc.

Les experts recommandent d’améliorer les méthodes de diagnostic de gestation rapides et d’en généraliser l’usage avant le transport pour l’abattoir. Ils recommandent également, de manière plus générale, d’améliorer la santé des animaux afin de réduire l’incidence d’abattages non planifiés, et de former les éleveurs.

En France, des guides ont été publiés par le passé afin d’aider les éleveurs à déterminer si leurs animaux peuvent être transportés, pas seulement vers l’abattoir mais pour tout type de déplacement, pour les espèces bovines et porcines :

- Ces animaux sont-ils transportables ? (2009, Ifip, Inaporc, Coop de France)

- Guide de non-transportabilité des bovins vers l’abattoir (2007, Institut de l’élevage, Interbev, Office de l’élevage)

- Guide de contrôles sur routes (2011, Animals’angels, Protection mondiale des animaux de ferme) à l’intention des agents de l’administration qui effectuent des contrôles sur route.

Stéphanie Padiolleau
2 commentaires
avatar
aldora le 02-06-2017 à 17:21:31
Ijyyhuljlo
avatar
Anne Decuyper, Vétérinaire le 03-06-2017 à 18:10:54
les éleveurs ne font pas abattre leurs vaches en fin de gestation par plaisir !!! c'est ridicule de le penser ! parfois ils ne savent pas que la vache est pleine à ce point ... mais c'est rare , et ceux -là sont peu améliorables ("éleveurs" pas très "évolués" ) ... en laitier , le problème est complexe et dépend surtout de la survie de la ferme (crise laitière très profonde depuis bien trop longtemps... éleveurs à l'agonie ) quand le lait est acheté 50euros en dessous du prix de revient... que les veaux ne valent pas 20 euros ... moins que le coût de leur entretien pendant les 3 semaines qu'ils doivent les garder maintenant ( 8j auparavant ... ) sans compter s'ils sont malades ... impossibilité d'abattre la vache aussi après le vêlage ( pis gonflé, perte d'état ... ) ... si la vache a eu ne fusse qu'un petit problème ( mammite etc ...) mieux vaut la faire partir avant ... et comme les marchands ne les veulent pas si elles ne sont pas en état "suffisant" pour une laitière ... ça se solde souvent en fin de lactation donc proche du vêlage ... n'attaquez pas les éleveurs, mais "le système" et les financiers qui les poussent à cela !
Pour les vaches allaitantes, c'est vraiment qu'il n'y a pas d'autres solutions en général, sinon c'est vraiment contre productif ! les brebis ... vu le prix qu'ils les payent à l'éleveur... et souvent en exigeant de grouper plus de 50 brebis d'un coup ... faut pas s'étonner qu'il y en ai des pleines ...
le problème ne vient pas des éleveurs la plupart du temps , mais de la "conjoncture" et des exigences des marchands !
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK