Au Canada, des enfants font la lecture aux chiens en attente d’adoption - Le Point Vétérinaire.fr

Au Canada, des enfants font la lecture aux chiens en attente d’adoption

Bénédicte Iturria | 24.01.2020 à 09:00:00 |
Lecture enfant et chien
© Istock-sturti

À Toronto, l’association de protection animale Humane Society a mis en place une initiative, le Reading Buddies Program, qui vient en aide à la fois aux animaux et aux enfants.

Depuis 2 ans, chaque samedi, une quinzaine d’enfants vient faire l’apprentissage de la lecture dans le refuge en face des animaux en attente d’adoption. Le bénéfice du Reading Buddies Program qui associe un élève à un animal est réciproque. Les enfants sont capables de développer leurs compétences en lecture et d’acquérir de la confiance en pratiquant avec un « copain de lecture » à quatre pattes qui est « toutes oreilles », sans critique ni jugement. De leur coté les animaux reçoivent plus d'interaction humaine, ce qui améliore leur sociabilité et augmente ainsi leurs chances d'être adoptés. Selon la Humane Society du Missouri (Etats-Unis), qui a elle aussi son Shelter Buddies Reading Program, les chiens du programme ont été adoptés en moyenne huit jours plus rapidement que leurs autres compagnons. Le personnel du chenil a en effet constaté qu’ils étaient moins timides, établissaient un contact visuel avec le futur adoptant et ne restaient pas au fond de leur cage.

Les séances de lecture durent environ 40 minutes. Chaque session comprend une présentation de la Toronto Humane Society, un bref tutoriel sur le comportement des animaux et 30 minutes de lecture avec un animal du refuge, chats, chiens ou nacs. Le programme est proposé aux familles et aux enseignants qui souhaitent venir avec un groupe de jeunes lecteurs. Depuis le lancement de cette initiative, plus d’un millier d’enfants ont pu bénéficier de cette aide et le succès ne se dément pas : les sessions sont complètes jusqu’à fin juin 2020.

Une étude réalisée par le Tufts Institute for Human-Animal Interaction, dans le Massachusetts (USA), confirme le bénéfice de cette initiative. Pendant six semaines, dans le cadre d’un programme, des élèves ont lu chacun 30 minutes à haute voix aux chiens après l'école, une fois par semaine. Un groupe témoin a fait de même, mais sans les chiens. Les compétences en lecture des enfants ont été évaluées avant et après l'étude, tout comme leurs attitudes à l'égard de la lecture. Les chercheurs ont constaté une amélioration des compétences et des attitudes à l'égard de la lecture chez ceux qui lisent aux chiens par rapport au groupe témoin.

Bénédicte Iturria
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application