Allemagne : des chats privés de liberté pour protéger une espèce d’oiseau menacée - Le Point Vétérinaire.fr

Allemagne : des chats privés de liberté pour protéger une espèce d’oiseau menacée

Bénédicte Iturria

| 14.06.2022 à 17:04:00 |
© iStock-BanuR

Les chats pourront uniquement sortir en laisse, du 14 mai au 31 août 2022 dans le district de Rhein-Neckar-Kreises situé au nord de Stuttgart, afin de protéger le Cochevis huppé. 

Si le confinement n’est plus qu’un mauvais souvenir pour les humains vivant en Europe, il ne fait que commencer pour les chats de la ville de Walldorf en Allemagne. Nul virus en cause cette fois ci mais la préservation d’un oiseau menacé, le Cochevis huppé (Galerida cristata*). La commune de 15000 habitants, située dans le nord du Bade-Wurtemberg, a ainsi pris la décision mi-mai d’interdire la divagation des petits félins pour protéger cette espèce d’oiseau. Seulement six spécimens vivent actuellement dans la région et sont particulièrement vulnérables aux attaques de prédateur car ils nichent au sol.

Des sorties en laisse courte et harnais

L'Autorité de protection de la nature a publié un arrêté interdisant de laisser les chats domestiques en liberté (hors de chez eux) du 14 mai au 31 août, dans le district de Rhein-Neckar-Kreis, situé au nord-ouest de Walldorf. Les félins ne peuvent sortir que s'ils sont accompagnés de leurs propriétaires et attachés avec « une laisse courte (pas plus de deux mètres) » et « des harnais de sécurité ». Dans des cas exceptionnels, les chats (risquant par exemple de fuir leur domicile) peuvent être équipés d'appareils GPS pour une localisation et une capture rapides. Les coordonnées GPS doivent être utilisées pour démontrer que le chat en question ne se trouve pas dans la zone concernée. Dans les trois prochaines années, cette ordonnance de semi-confinement sera en vigueur entre le 1er avril et le 31 août.

Un risque d'amende

Selon le journal local Rhein-Neckar-Zeitung, les propriétaires de chats de la région qui ne respectent pas la nouvelle réglementation s'exposent à une amende de 500 euros. La sanction est encore plus lourde si un chat tue un Cochevis, auquel cas le propriétaire de l'animal pourrait encourir une amende pouvant aller jusqu'à 50 000 euros. Si un chat s’échappe, son propriétaire est responsable de sa capture.

Volker Stutz, président de l'association de protection des animaux Wiesloch/Walldorf, interpelé par de nombreux propriétaires de chats inquiets, a annoncé son intention d'intenter une action en justice contre cette nouvelle loi. Selon un communiqué public, l'association vise à préciser « dans quelle mesure l'arrêté général de l'arrondissement Rhein-Neckar est proportionné ». Elle cherche à établir s'il existe des moyens plus indulgents de gérer la situation en consultant des biologistes, des spécialistes du droit des animaux et des experts administratifs.

* Le cochevis huppé appartient à la famille des Alaudidés. Les spécimens adultes mesurent jusqu'à 17,5 cm de long et 38 cm d'envergure. Il pèse entre 37 et 55 grammes. C'est un oiseau non migrateur qui est présent dans toute l'Europe et l'Afrique du Nord. Il ne présente pas de dimorphisme sexuel et son plumage est fauve dans la partie supérieure et blanchâtre dans la partie inférieure. Il est classé selon les listes rouges actuelles du Bade-Wurtemberg et de l'Allemagne dans la catégorie la plus menacée "Liste rouge 1". L'espèce niche principalement sur le sol, et les chats domestiques en liberté peuvent de ce fait devenir un danger.

Bénédicte Iturria

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application