Accompagner la fin de vie avec Anima Care

Valentine Chamard | 28.06.2018 à 10:14:05 |
un chat avec des ailes d'ange
© D.R.

Le centre de ressources sur la fin de vie des animaux de compagnie créé par notre confrère Vincent Dattée s’adresse aux vétérinaires et propriétaires. Le but pour les premiers est de les aider à enrichir leurs services de fin de vie et pour les seconds de trouver les réponses aux questions soulevées par cette épreuve.

« Prendre soin de l’âme » (des animaux, des familles et des vétérinaires) : telle est la signification et la vocation d’Anima Care, un centre de ressources dédié à la fin de vie des animaux de compagnie fondé par Vincent Dattée. En 20 années de pratique canine, une participation active au sein de Vétos-Entraide et après avoir vécu des « demandes d’accompagnement de fin de vie exceptionnelles », notre confrère se consacre désormais à temps plein à ce projet. Il a mis au point, avec l’aide de familles, des outils qui permettent aux praticiens de proposer un véritable service de fin de vie, personnalisé, à forte valeur ajoutée - à l’image de ce qui existe déjà dans les pays anglo-saxons. Parmi eux, le « Livret d’aide à la décision des familles », les cartes et la boite de sympathie ou la lanterne d’accueil. Anima Care distribue également la housse mortuaire Euthabag©, conçue par Céline Leheurteux, praticienne au Québec. « Offrir une housse décente est à mon sens une obligation de moyens. Il suffit de voir à quel point les gens sont apaisés au  moment de dire au revoir à leur animal, en la fermant symboliquement », analyse notre consoeur, qui milite, comme Vincent Dattée, pour que les pratiques évoluent et qu’un nouveau standard sur la fin de vie émerge.« Il ne s’agit pas là d’outils marketing », prévient Vincent Dattée.  Ces objets font partie d’une démarche globale de l’équipe soignante, « qui exprime grâce à eux une empathie sincère. » Des formations (en gestion humaine, technique et financière de la fin de vie) sont également proposées aux structures vétérinaires, en ligne ou en présentiel.

Extrait d’un article à paraître dans La Semaine Vétérinaire n° 1770 du 29/6/2018, p 22.

Valentine Chamard
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK