A Meaux : haro sur les maux des animaux ! - Le Point Vétérinaire.fr

A Meaux : haro sur les maux des animaux !

Sylvain Moggia | 06.03.2020 à 09:00:00 |
CHV Meaux
© CHV Meaux

Une façade vitrée illuminée sur 2 étages, couvrant 1450 m2 (+ 650 m2 d’annexes), avec 1000 m2 de parking : c’est le Centre Hospitalier Vétérinaire qui vient d’être inauguré à Meaux, dédié aux traitements de pointe des affections des animaux domestiques.

Le centre des Cordeliers s’est métamorphosé en un CHV à la pointe de toutes les technologies médicales et chirurgicales modernes. Tout ceci a été réalisé grâce à la foi des 6 associés et des 62 employés (26 vétérinaires salariés), unis dans un même élan qui transparaissait ce 28 février 2020 lors de l’inauguration du nouveau complexe. La dotation en matériel est à la hauteur du lieu : scanner de dernière génération, multiples endoscopes et radiographies, jusqu’à un appareil d’IRM à haut champ de 1,5 Tesla (imageur à demeure en recrutement). Une quinzaine de salles de consultations représentant toutes les spécialités (y compris les NAC, dont les intervenants sont pilotés par Christophe Bulliot) permettent d’accueillir dans d’excellentes conditions autant de propriétaires que nécessaire. Cinq salles de chirurgies, dont certaines à flux laminaire (normes humaines) et/ou dédiées (chirurgie interventionnelle, ophtalmologique, de dentisterie, « contaminée », etc.), confèrent à la structure une capacité de 1200 chirurgies par an, et autant de consultations chirurgicales sans opération. Plusieurs chenils affectés à chaque situation de contagiosité / d’intensité des soins et/ou d’asepsie (70 boxes au total)  permettent une gestion optimale des opérés ou des malades avec un personnel spécialisé et présent en continu. Une salle de réunion et un confortable espace détente spacieux et lumineux complètent l’agencement du centre.
Le fonctionnement intrinsèque repose uniquement sur des référés et cette cohérence exclut la vente de nourriture, hors quelques sacs d’alimentation diététique «  de dépannage » lorsque la consultation le préconise  (il n’y a bien entendu pas de site de livraison). Des entrepreneurs courageux et passionnés par leur spécialité, susceptibles de procurer à une clientèle de plus en plus exigeante (et renseignée !) un niveau de soin comparable à ce que l’on peut retrouver dans certaines cliniques humaines. 

 

Sylvain Moggia
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application