Les antibiotiques ne tuent pas les bactéries ?

Michaella Igoho-Moradel | 16.03.2017 à 13:34:16 |
Médicaments
© D. R.

Une récente enquête commandée par l’EFSA s’intéresse à la perception des citoyens européens à l’égard de l’antibiorésistance dans les élevages. L’étude révèle des attentes fortes quant à l’encadrement de leurs usages. Par ailleurs, le vétérinaire reste une source importante d’informations sur le sujet.

Une nouvelle enquête, publiée le 6 mars par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), sur l’antibiorésistance dans les élevages et la perception de son impact sur la santé publique démontre qu’un long chemin reste à parcourir concernant la sensibilisation des consommateurs à ces problématiques. Pour les besoins de l’enquête, 250 Européens de 12 pays ont été sollicités (Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, Estonie, France, Italie, Pays-Bas, Pologne, Roumanie, Royaume-Uni et Slovaquie). De leur côté, les vétérinaires et les 60 éleveurs de porcs et de volailles sondés dans cinq pays (Danemark, Espagne, Pologne, Roumanie et Royaume-Uni) ont démontré une meilleure maîtrise du sujet. L’enquête en ligne a été complétée par 3 002 répondants, ce qui a donné un échantillon de 250 répondants par pays. Le panel interrogé étant réduit, les résultats ne sont pas représentatifs de la perception des Européens sur les problématiques liées à l’antibiorésistance, mais « offrent des idées qui peuvent éclairer les stratégies de communication des États membres », indique Shira Tabachnikoff, chef de projet (EFSA).

Retrouvez l'intégralité de cet article en page 3 de La Semaine Vétérinaire n° 1711.

Michaella Igoho-Moradel
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application