Débats autour des politiques publiques et des abattoirs

Stéphanie Padiolleau | 20.10.2016 à 12:22:14 |
Une table ronde sur la protection des abattoirs
© Stéphanie Padiolleau

Deux principaux sujets de discussion ont animé l’assemblée générale du Syndicat national des inspecteurs en santé publique vétérinaire : l’un relatif à la protection des animaux de boucherie à l’abattoir et l’autre sur les politiques publiques et la gestion des risques.

Jean-Yves Caullet, rapporteur de la commission d’enquête parlementaire sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français, est venu discuter des conclusions du rapport pendant l’assemblée générale du Syndicat national des inspecteurs en santé publique vétérinaire (SNISPV), le 14 octobre dernier à Troyes (Aube). L’enquête parlementaire a été diligentée après la diffusion de vidéos choc tournées par l’association L214. « Rien n’aurait été pire que le déni, dit-il. La production de viande doit être assurée dans de bonnes conditions : conforme aux règles, normes, pratiques. » Le rapport présente 65?propositions, qui ne sont pas toutes de même nature ni de même niveau. « Certaines sont déjà mises en place, d’autres demandent une expertise », précise Loïc Évain, directeur adjoint à la Direction générale de l’alimentation (DGAL), qui en a profité pour remercier la mobilisation des services après la demande d’inspection de tous les abattoirs.

Retrouvez l'intégralité de cet article en page 14 de La Semaine Vétérinaire n° 1692.

Stéphanie Padiolleau
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK