Le vétérinaire équin assume un rôle pivot

Marine Neveux et Sophie Paul-Jeanjean | 16.01.2014 à 17:41:32 |
©

Les journées de l’Association vétérinaire équine française (Avef) à Deauville, du 11 au 13 décembre 2013, ont fait le point sur de nombreux dossiers impliquant le praticien équin, du suivi sanitaire à la fin de vie des équidés, en passant par l’antibiorésistance, l’évolution de France Haras, ou encore l’exercice professionnel.

Jean-Yves Gauchot, président de l’Avef, est revenu sur les sujets chauds de l’ostéopathie, des scandales à la viande de cheval, de l’antibiothérapie, du statut de l’animal.Marine Neveux : L’antibiorésistance est un sujet d’actualité essentiel. En février 2014, l’Avef présentera des guidelines de l’antibiothérapie à l’usage des praticiens équins. Êtes-vous confiant sur les débats à venir autour du médicament cette année, notamment les discussions parlementaires relatives à la fameuse mesure n° 20 ? Jean-Yves Gauchot : Grâce à la mobilisation de notre profession, nous avons obtenu deux choses essentielles : l’abandon de l’idée du découplage et une collaboration à mettre en place avec le ministère ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Marine Neveux et Sophie Paul-Jeanjean
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application