Malaise chez les inspecteurs en santé publique vétérinaire

Stéphanie Padiolleau | 09.01.2014 à 15:32:56 |
©

L’assemblée générale du SNISPV, le 12 décembre 2013, a permis de faire le point sur les dossiers en cours et d’analyser les causes du malaise observé chez les agents de l’État.

Plusieurs temps forts ont rythmé l’assemblée générale du Syndicat national des vétérinaires inspecteurs en santé publique vétérinaire (SNISPV) le 12 décembre 2013 à Paris. Dans les dossiers phares portés par le syndicat, la stabilisation des effectifs et l’amélioration de la situation des vétérinaires contractuels constituent un travail de longue haleine qui commence à porter ses fruits.

Faute de budget ou de volonté politique, les effectifs des ISPV sont en réduction constante depuis une décennie, et 40 départs à la retraite par an sont attendus à partir de 2017. Une situation que le syndicat souhaite anticiper. Sa proposition de recrutement progressif (15 postes en 2013 à 30 en 2017) n’a pas été suivie, mais les 12 recrutements effectués en 2013 sont renouvelés en 2014. En parallèle, le travail de déprécarisation des contractuels a été couronné d’un demi-succès, avec 10 titularisés l’an passé, au lieu des 20 annuels espérés.

Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1567 du 10/01/14 en page 17.

Stéphanie Padiolleau
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK