Pratique vétérinaire équine n° 174 du 01/04/2012
 

Article de synthèse

Bertrand De Rancourt*, Jean-Michel Vandeweerd**, Stéphanie Petit***, Claudia Graubner****


*Ratio, hameau de Chalandray, Bât. E,
25, rue d’Yerres, 91230 Montgeron
**Facultés universitaires Notre-Dame-de-la-Paix
URVI-Narilis (Unité de recherche vétérinaire
intégrée-Namur Research Institute for Life
Sciences), rue de Bruxelles, 61,
5000 Namur, Belgique
***Isab, 3, rue Nazare,
94130 Nogent-sur-Marne
****Université de Berne, clinique équine,
Suisse

L’analyse de crins ou de poils est parfois proposée aux propriétaires de chevaux, afin d’établir un diagnostic nutritionnel. Cette synthèse méthodique vise à évaluer si cette technique est utile ou non.

Résumé

L’analyse de poils ou de crins chez le cheval est une technique préconisée par certains laboratoires pour identifier des carences, des excès ou des déséquilibres alimentaires. La validité de cette méthode fait encore débat. L’objectif de cette étude est d’effectuer une analyse méthodique et critique de la littérature publiée sur le sujet pour répondre à la question clinique suivante : les vétérinaires équins peuvent-ils diagnostiquer une insuffisance nutritionnelle et suggérer une complémentation alimentaire à partir des résultats d’une analyse de poils ou de crins ? Parmi 11 articles éligibles, seulement quatre répondaient aux critères de sélection. Aucun d’entre eux n’a apporté un élément de preuve valable pour soutenir l’hypothèse de l’utilité des analyses de poils ou de crins. À l’inverse, l’élément de preuve de meilleur niveau conclut actuellement à l’inadéquation de l’analyse des poils pour déterminer le statut en minéraux de l’animal. Le praticien vétérinaire n’a donc, pour le moment, aucune raison de préconiser la technique d’analyse de poils afin d’identifier une carence ou d’élaborer une ration alimentaire.

Summary

The analysis of mane, tail or horsehair is a technique favoured by some laboratories to identify deficiencies, excesses, or nutritional imbalances. Currently, the validity of the technique remains in question. The aim of our study was to conduct a methodical and critical analysis of published literature in order to respond to the following clinical question : can equine practitioners diagnose a nutritional deficiency and suggest a dietary supplementation from results of analyses of mane, tail or horse hair ? Among the 11 eligible articles, only four met the selection criteria. None of these provided valid evidence to support the hypothesis of the usefulness of analyses of mane or tail hair or horsehair. On the contrary, the most reliable evidence concluded the inadequacy of the analysis of hair to determine the mineral status of the animal. The veterinary practitioner has currently no reason to advise the technique of hair analysis in order to identify a deficiency or to develop a food ration.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Pratique Vétérinaire Equine, la revue de formation de référence des vétérinaires équins.

Abonnez-vous

Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...