17/09/2015 | Le Point Vétérinaire.fr

© C. Bru

Un cas d’arthropathie scapulo-humérale
chez un poney shetland

Un poney shetland est présenté pour l’exploration d’une boiterie antérieure. Les examens clinique et complémentaires révèlent que l’animal est atteint de dysplasie et d’arthropathie scapulo-humérale secondaire. Les poneys shetlands et certaines races d’équidés miniatures présentent une prédisposition à la dysplasie scapulo-humérale pouvant évoluer en une arthropathie, c’est-à-dire en un processus dégénératif articulaire associé à une ostéophytose périarticulaire, ce que les anglophones appellent “osteoarthritis”. La radiographie de dépistage permet de déterminer un ratio glénoïdien reflétant le degré de dysplasie. À l’aide de ce calcul, il est possible de repérer les individus dont le risque de développer la maladie est supérieur. L’échographie est un examen simple à mettre en œuvre qui détecte des lésions plus précocement que la radiographie. Le traitement de cette affection invalidante est irrégulièrement, voire peu, efficace.

Céline Bru et coll.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...