Le syndrome de "fièvre isolée" ou "piro-like"

Hélène Amory et coll. | 04.11.2014 à 17:16:54 |
©

Le diagnostic étiologique en cas de syndrome fébrile chez le cheval est particulièrement difficile, sauf s’il est accompagné de signes spécifiques. Face à un cas, après avoir réalisé une anamnèse et un examen clinique approfondis, le vétérinaire devra dans la plupart des cas mettre en place une batterie d’examens complémentaires qui peuvent s’avérer onéreux. Il devra donc procéder en tenant compte du moindre élément du tableau clinique ou des examens complémentaires de base qui peuvent s’avérer fort utiles pour hiérarchiser les examens à mettre en place. Parmi les maladies infectieuses que le vétérinaire gardera à l’esprit sur un cas sans atteinte claire d’un système particulier, il se focalisera tout particulièrement sur les maladies inclues dans le syndrome piro-like, à savoir la piroplasmose, la borréliose, la leptospirose, l’anaplasmose et l’anémie infectieuse équine.

Hélène Amory et coll.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK